Articles parus dans l’US

Les idées de l’Extrême Droite L’US MAG - Supplément au N° 768 du 4 mars 2017

Elles s’invitent dans la campagne

La lutte syndicale continue contre les idées de
l’extrême droite, présentes dans le programme
du Front national, mais aussi reprises, voire
mises en œuvre, par d’autre partis politiques.
Le SNES-FSU dénonce notamment la volonté de
ranimer la guerre scolaire en cherchant à favoriser
l’enseignement privé, très majoritairement
confessionnel, la vision purement répressive du
traitement de la délinquance et l’orientation anti-
étrangers et anti-immigrés. Certaines Régions
demandent aux entreprises de chantier de vérifier
à l’embauche que les candidats pratiquent la langue
française (clause dite « Molière »).
Le FN remet en cause le droit du sol et défend la « préférence »
ou la « priorité » nationale.

Imposture dangereuse

Le SNES-FSU alerte la profession et l’opinion
publique sur l’instrumentalisation d’un certain
nombre de principes démocratiques et progres-
sistes (égalité femmes/hommes, laïcité...) à des
fins de stigmatisation et de discrimination, et la
récupération par le FN de revendications défendues
par notre syndicalisme (retraite à 60 ans,
abrogation de la loi Travail, 35 heures, défense du
service public, etc.).
Certaines orientations, en matière d’éducation
notamment, sont aux antipodes d’un projet éman-
cipateur et démocratique pour l’école, avec le
développement de l’apprentissage dès 14 ans ou
la suppression du collège dit « unique ». Il en est
de même des contenus, comme en témoigne la
promotion d’un « roman national » en lieu et
place d’un enseignement raisonné et scientifique
de l’Histoire.
Quelles que puissent être les acrobaties idéolo-
giques de l’extrême droite, son projet de société est
dangereux, liberticide et contraire aux principes
progressistes qui sont les nôtres et qui sont large-
ment partagés par les enseignants et les fonctionnaires.
Les diatribes contre les juges et les menaces
à peine voilées contre les fonctionnaires en sont la
preuve. La confusion qu’entretient l’extrême droite
entre laïcité de l’enseignement et neutralité
montre que les enseignants aussi sont susceptibles de
faire l’objet d’une telle chasse aux sorcières.

Hervé Le Fiblec

Autres articles de la rubrique Articles parus dans l’US

  • Motion de soutien : Pas touche à Charlène
    Le SNES-FSU exige la régularisation de Charlène Mayamba Cosi. Charlène Mayamba Cosi est une jeune femme de 19 ans menacée d’expulsion. Arrivée du Congo enceinte comme mineure isolée en décembre... Lire la suite (4 octobre)
  • Migrants : Droits maritimes bafoués
    L’été s’est encore révélé meurtrier en Méditerranée. Les États européens n’appliquent toujours pas les droits maritimes essentiels et refusent les naufragés secourus. Ces derniers, des enfants en bas âge,... Lire la suite (3 septembre)
  • Enfance : dans les limbes
    La loi Schiappa sur la protection de l’enfance fait l’unanimité... contre elle. Fait rarissime dans un domaine où tous les acteurs œuvrent généralement dans un but commun, les associations... Lire la suite (3 septembre)
  • Lyon : Capitale de l’extrême droite
    Cette image déplorable surgit à nouveau dans les médias. L’annonce par Marion Maréchal de l’implantation de son institut de science politique, la tenue du bureau du FN le 1er juin, sont un symbole.... Lire la suite (5 juillet)
  • Violences policières : manifester est un droit
    En mai dernier, une grenade dite assourdissante arrachait la main d’un militant sur la ZAD de Notre-Dame-des- Landes. Son nom s’ajoute à la longue liste des militants gravement blessés lors de... Lire la suite (5 juillet)