Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Mario Fanfani (France)

"Les nuits d’été" Sortie en salles le 28 janvier 2015.

Metz, 1959.

Michel, respectable notable de province nourrit des ambitions politiques. Il est l’époux d’Hélène, élégante jeune femme qui partage son temps entre œuvres caritatives et l’éducation de leur jeune fils.

Ce couple, de l’extérieur exemplaire, a cependant une faille secrète : tous les week-ends, Michel rejoint son ami Jean-Marie et tous deux, par plaisir, se travestissent en femmes.

Michel devient Mylène et Jean-Marie, Flavia

Michel souhaite rompre avec ce rituel et vendre leur résidence secondaire mais, sur l’insistance de Jean-Marie, la maison est conservée et débaptisée. Elle devient "La villa Mimi", point de ralliement d’une petite communauté d’hommes de la région qui jouent librement à être des femmes.

Cinéma : Les nuits d'été

Mario Fanfani a réalisé un film en deux parties contrastées calquées sur la double vie de Michel.

D’un côté, il peint dans la pure tradition du genre, une famille bourgeoise, l’existence cossue d’un couple exemplaire et de l’autre, il nous entraîne avec le travestissement, dans un domaine opposé,

celui où une poignée d’hommes habillés en femmes, outrageusement grimés, abonde dans le sens de la caricature.

Les deux univers sont si heurtés, si différents, que le lien entre l’un et l’autre ne se fait pas et c’est ce qui aurait dû en être son principal atout qui devient la faiblesse du film.

En introduisant dans le récit le sujet alors brûlant de la guerre d’Algérie, le metteur en scène ajoute une ligne narrative qui sert surtout le personnage d’Hélène et révèle une femme dont les idées avant-gardistes doublées d’audace annoncent l’époque du féminisme

Il y avait là, un sujet intéressant mais encore aurait-il fallu qu’il soit traité avec un peu plus de nuances, du doigté et non à l’emporte-pièce, comme c’est le cas.

Le fonctionnement de la partie bourgeoise est très conforme à ce qu’on en attend, un peu glacé.

Tant qu’on est dans les rendez-vous secrets entre Michel et Jean-Marie en fin de semaine, le récit fonctionne, mais lorsque celui-ci bascule avec l’arrivée tonitruante dans la maison de campagne du groupe de travestis, trop de clichés interviennent, donnant aux séquences un caractère grotesque : la scène du marché, celles de la partie de colin-maillard entre autres tombent dans le panneau de l’excès et produisent un effet néfaste sur l’ensemble de la réalisation.

Tout, désormais sonne faux et il devient pénible de voir, perdus dans des démonstrations de féminité excessive, des comédiens comme Nicolas Bouchaud, Serge Bagdassarian (de la Comédie-Française), Clément Sibony ou Yannick Choirat.

La seule à tirer son épingle du jeu est Jeanne Balibar qui s’acquitte de sa partition avec l’élégance et le raffinement qu’on lui sait et qui convient parfaitement au rôle.

Dommage que cette comédienne qui se fait rare au cinéma, nous revienne dans ce film bancal.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)