Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Une comédie de Jean-Claude Janer (France)

"Les nuits de Sister Welsh" Sortie en salles le 27 octobre

Emma a seize ans. Elle vit avec sa mère et son beau-père, va au lycée, fait du baby-sitting pour se faire de l’argent de poche. Pour remédier à la monotonie de son existence et à la difficulté de ses relations avec sa mère, elle dispose de plusieurs atouts. Son imagination débordante et son goût pour se transporter dans d’autres époques.

C’est ainsi qu’elle transforme sa mère en Sister Welsh, une femme follement romantique qui brûle d’amour pour le fringant Captain Grant voguant sur les mers lointaines.
Mais l’imagination d’Emma la submerge souvent et, très vite, la réalité et les fantasmes se mêlent pour ne plus former qu’un univers où elle a de plus en plus de mal à distinguer le vrai du faux. Quel modèle féminin lui faudra-t-il suivre ? Celui de sa mère, femme refoulée et maniaque ou celui de Sister Welsh femme passionnée et nourrie d’idéal ?
Heureusement survient dans son univers sentimental quelqu’un de bien réel, Fabrice, qui comprend les dérives et la douleur d’Emma. Mais les attentions du jeune homme ne lui suffisent pas. La voilà qui l’entraîne dans son imaginaire et dans un long voyage en scooter jusqu’à Tanger. Il ne lui restera plus qu’à démêler les fils, et distinguer le monde réel du monde imaginaire, pour vivre comme il survient son premier amour d’adolescente.
Le film de Jean-Claude Janer comporte deux démarches narratives distinctes, celle qui relate la réalité, du point de vue réducteur de l’adolescente. Une réalité terne, très en deçà de ses aspirations, et l’autre axée sur l’imaginaire, les songes, les cauchemars, tout ce qui peut surgir d’improbable dans la tête d’adolescents et pour lesquels la mise en scène fait appel à des effets spéciaux singuliers inspirés de la bande dessinée d’inspiration fantastique. Stylisation des motifs, travail sur la couleur et sur les ambiances…
Jean-Claude Janer prétend qu’il n’a fait, pour créer les univers imaginaires d’Emma, que se souvenir des émissions de variétés de Jean-Christophe Averty, dans les années 70.
Le reproche qu’on pourrait faire à son film est qu’il fonctionne sur un déséquilibre narratif. Que la partie réaliste de son récit n’est pas assez précise ou consistante pour amener un imaginaire du coup beaucoup trop envahissant.
L’idée séduisante de départ est parfois mise à mal mais le film demeure une "curiosité".
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’âcre parfum des immortelles »
    Avec en toile de fond le souvenir toujours vif d’une passion amoureuse vécue à l’époque de mai 1968, Jean-Pierre Thorn remonte le fil du temps pour faire revivre les épisodes rebelles qui ont occupé... Lire la suite (22 octobre)
  • « Sorry we missed you »
    Ricky est un bosseur. Il est motivé par le souci d’apporter le meilleur confort possible à sa famille, sa femme aide-à-domicile dévouée aux personnes âgées qu’elle assiste et ses deux enfants, la sage et... Lire la suite (21 octobre)
  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)