Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Paolo Virzi (Italie)

"Les opportunistes" Sortie en salles le 19 novembre 2014.

En Italie, près du lac de Côme, la famille de la richissime Carla Bernaschi et celle de Dino Ossola, un agent immobilier au bord de la faillite, sont liées par les fiançailles prochaines de leurs enfants.

Croyant s’être lié d’amitié avec Giovanni, l’époux de Carla, après avoir été son partenaire heureux sur un court de tennis, le pathétique Dino Ossola engage avec lui une grosse somme d’argent dont il ne dispose pas vraiment, dans un investissement qui devait s’avérer largement productif.

Mais les cours dégringolent et Dino Ossola perd 90% de la somme investie.

Un malheur n’arrivant jamais seul, il est probable que de retour d’une fête arrosée, Massimiliano, le fils Bernaschi, ait renversé sur la route un serveur de restaurant qui rentrait chez lui sur son vélo.

Etait-il au volant de son 4/4 ou est-ce Serena Ossola qui conduisait le véhicule ?

Ces événements malheureux révéleront la vraie face des personnages impliqués et celle des relations qui paraissaient jusqu’alors les lier.

Cinéma : "les opportunistes"

Dans " Human Capital ", le roman de Stephen Amidon dont est tiré le film de Paolo Virzi, l’histoire se situait dans le Connecticut.

Transposée près de Milan, dans la vallée de la Brianza, elle met en scène des personnages habités par un appétit financier vorace, qui fait ses affaires hors d’une Italie en pleine crise économique, du côté de Londres ou de New-York.

Ce film qui aborde de nombreux thèmes, l’ambition, la richesse, les limites de la spéculation, le rôle marginal de la culture, les conflits sociaux et générationnels doit son originalité et son efficacité au fait que le récit se développe selon le point de vue de trois des protagonistes donnant lieu à une construction plutôt virtuose, en autant de chapitres.

Chacun des épisodes apportant des éléments nouveaux nécessaires à l’éclaircissement d’un récit riche en non-dits, secrets, projets discutables et autres infidélités conjugales.

Les personnages parfaitement campés jusque dans leurs fêlures sont pour certains d’entre eux aussi méprisables qu’ils sont attachants ou pathétiques.

Valéria Bruni-Tedeschi n’a jamais été meilleure et belle que dans cet emploi de femme que sa fortune n’éloigne jamais d’une inquiétude persistante qu’elle noie autant dans des projets ambitieux que dans un comportement frivole, des démonstrations d’une instabilité palpable.

Elle est aussi touchante en mère débordante d’affection qu’en épouse infidèle égarée dans des projets artistiques louables.

Fabrizio Gifuni est parfait en homme d’affaires prédateur qui fait de son enrichissement personnel, sa toute priorité.

Mathilde Gioli étudiante en philosophie dont c’est ici la première apparition à l’écran est saisissante dans le personnage de Serena.

On peut s’interroger à propos de la prestation de Fabrizio Bentivoglio, comédien rompu à de nombreux rôles chez les frères Taviani ("les affinités électives"), Marco Bellocchio ("La nourrice") ou Michele Placido, qui campe un Dino Ossola hyper actif et obséquieux avec quelque débordement.

Avec " Les opportunistes " Paolo Virzi réussit un mélange de satire sociale et de drôlerie avec un décrochement bienvenu du côté du thriller.

" Les âmes noires " de Francesco Munzi, ces " Opportunistes " pour ne parler que des dernières sorties en France, requinquent un cinéma italien qui ne cesse, depuis quelques années, de reprendre des couleurs.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)