Actualité théâtrale

Théâtre Paris-Villette jusqu’au 11 février 2018

« Les petites reines » d’après le roman de Clémentine Beauvais Mise en scène Justine Heynemann.

Élue sur Facebook, Mireille Laplanche, une élève au lycée de Bourg-en-Bresse, détient depuis trois ans le titre de « Boudin d’or  ». Mais cette année, elle est détrônée, et elle n’est plus que «  Boudin de bronze  ». Déconvenue qui la pousse à rencontrer Hakima et Astrid qui viennent de remporter respectivement les «  Boudin d’argent » et «  Boudin d’or ».

Lors de leur rencontre très amicale, l’idée leur vient, fortes de leurs titres, de s’inviter à la Garden-Party du 14 juillet à l’Élysée.

Elles décident d’un commun accord que c’est à bicyclette qu’elles rejoindront Paris et la pelouse présidentielle. Pour le joyeux trio, commence alors un road-trip qui sera jalonné de rencontres insensées, de festins imprévus, arrosé de copieuses averses de pluie et d’émotions qui n’auront d’égal que les tiraillements de leurs courbatures.

Théâtre : Les petites reines

Le roman de Clémentine Beauvais qui fut tiré à plus de 40 000 exemplaires a reçu entre autres récompenses le Prix du meilleur livre jeunesse 2015 décerné par le magazine «  Lire » .

« Les petites reines » , par sa dramaturgie aussi rythmée que resserrée, ses situations de franche comédie, le style de son langage et un métissage subtil entre rires et larmes, pouvait convenir à une adaptation pour le cinéma et pourquoi pas, pour le théâtre .

Le livre était, derrière un développement de comédie, un questionnement très contemporain sur le harcèlement sur internet et par ricochet sur un sujet plus vaste et intemporel, celui de l’exclusion.

De quoi est-on exclu, par qui, et selon quels critères . Est-ce parce qu’on est moche, handicapé ou un étranger ? Ou autre chose ?

Le questionnement demeure bien-sûr dans l’adaptation pour la scène tout en proposant une option joyeuse et poétique menée tambour- battant par une bande d’anti-héros bien décidés à prendre une revanche pour ces « étiquettes » qu’on leur a collées.

Mais le spectacle que propose Justine Heynemann n’est pas seulement une suite chronologique d’événements cocasses. Car, à un moment donné, il abandonne l’anecdote pour s’élever, selon des sortes de ramifications qui conduisent vers d’autres domaines, poétiques et romanesques, au fil de séquences inattendues qui finissent par donner plus de « corps » au propos de départ.

A noter une utilisation simple et parfaitement justifiée d’une vidéo représentant avec bonheur les paysages de la campagne française que le trio à vélo regarde défiler.

Une jolie et réjouissante réussite dont on pourrait dire qu’elle s’adresse à un public jeunes de petits et grands adolescents mais qui, par sa spontanéité et l’universalité des sujets abordés, convient à tous les publics....

Francis Dubois

T héâtre Paris-Villette 211 avenue Jean-Jaurès 75 018 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 03 72 23 / resa@theatre-paris-villette.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Féminines »
    Après Hors la loi, où elle s’attachait à l’histoire des femmes jugées pour avortement à Bobigny dont le procès avait ouvert la voie à la loi légalisant l’avortement, la jeune autrice et metteuse en scène... Lire la suite (2 décembre)
  • « Les femmes de Barbe Bleue »
    « Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir » ? Telle est la question que ne cesse de poser la femme de Barbe Bleue dans le célèbre conte de Perrault. Elle espère l’arrivée de ses frères qui vont la... Lire la suite (1er décembre)
  • « La peau de l’eau »
    Un jour au pied du phare dont il est le gardien, August a découvert un canot. A son bord un homme mort et un bébé enveloppé dans un châle. Philomène la femme d’August, qui vient de faire une... Lire la suite (1er décembre)
  • « La vie est belle »
    En 1946, Franck Capra signait La vie est belle , une sorte de joli conte de Noël moderne, qui est toujours considéré comme un classique du cinéma américain. Stéphane Daurat, qui avait déjà adapté pour... Lire la suite (27 novembre)
  • « Le paradoxe amoureux »
    Philippe Honoré poursuit sa collaboration avec le metteur en scène Philippe Person, en adaptant l’essai de Pascal Bruckner, où celui-ci explore les multiples visages du sentiment amoureux, le désir,... Lire la suite (27 novembre)