Actualité théâtrale

à l’Athénée puis en tournée

"Les règles du savoir-vivre dans la société moderne" de Jean-Luc Lagarce. Mise en scène François Berreur

Dans son journal, en décembre 1993, un an avant la création de la pièce, Jean-Luc Lagarce écrivait :
"Lecture par Mireille Herbstmeyer cette après-midi du "Savoir vivre". Bonne lecture et ce texte n’est pas si mal, semblant raconter des choses importantes, plus secrètes qu’il n’y paraît."
Seize années plus tard, repris sur la scène de l’Athénée, le spectacle, toujours merveilleusement porté par la même Mireille Herbstmeyer est là pour le grand plaisir d’un public enthousiaste.

© Vincent Pontet

Jean-Luc Lagarce est bel et bien le grand auteur qu’on a célébré la saison dernière. Son écriture tâtonnante avec une pointe d’espièglerie révèle ici toute l’exigence que cache une fausse désinvolture. Précise, incisive, elle fait mouche et nous entraîne dans des univers de toutes sortes, un choix éclectique de textes et d’auteurs allant de Molière à Ionesco en passant par Labiche et Marivaux.
La baronne Staffe qui était en fait une roturière écrivit différents manuels portant pour titres : "Secrets pour plaire ou être aimée" ou "Pour obtenir son brevet de femme chic" et ces "Règles du savoir vivre" dont Jean-Luc Lagarce s’est emparé avec humour et sincérité. Sans jamais s’éloigner du teste originel, il en bouscule le rythme rassurant, en fait une œuvre personnelle qu’il marque de son écriture si particulière et tellement musicale qu’on fit appel à la chorégraphe Odile Duboc pour régler certains mouvements et déplacements de la comédienne.
De la naissance à la mise en terre, sont énoncées les règles à suivre au moment des événements marquants de la vie. Le baptême avec le choix le plus judicieux du parrain et de la marraine, les fiançailles, le mariage, la vie conjugale, la mort et le deuil. Le tout constellé d’apartés irrésistibles et de savoureuses trouvailles d’interprétation.
"Les règles du savoir-vivre" ne sont plus à l’Athénée que pour quelques représentations. Mais courant janvier, le public de quelques villes de province ou de la périphérie parisienne pourront aller applaudir ce spectacle à tous points de vue, remarquable.
Francis Dubois

Athénée Théâtre Louis-Jouvet
7 rue Boudreau 75 009 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 53 05 19 19
www.athenee-theatre.com

"Les règles du savoir-vivre", à voir ensuite :
Le 15 décembre à Lèves, Espace Soutine
Le 7 janvier 2010 à Quimper, Théâtre de Cornouaille
Le 8 janvier 2010 à Vannes, Théâtre Anne de Bretagne
Les 12 et 13 janvier 2010 à La Rochelle, La Coursive
Les 19 et 20 janvier 2010 à Bourges, Théâtre Jacques Cœur
Du 21 au 23 janvier 2010, à Annecy, Bonlieu, Scène Nationale
Le 26 janvier 2010, à Aubusson, Théâtre Jean Lurçat
Du 28 au 29 janvier 2010 au Théâtre de Sartrouville

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)
  • « La fuite ! » Comédie en huit songes de Mikhaïl Boulgakov.
    1920. Les « Russes blancs » sont aux abois. La guerre civile qui a suivi la révolution bolchevique s’est finie en échec. Il ne reste plus à cette population que de fuir et d’aller trouver refuge en... Lire la suite (4 décembre)
  • « Le voyage de D. Cholb »
    En 2013, le comédien, metteur en scène et auteur Bernard Bloch, juif athée de gauche affligé par l’état des relations israélo-palestiniennes, décide de passer quelques jours en Cisjordanie avant d’aller... Lire la suite (3 décembre)
  • « Maîtres anciens »
    On connaît l’art de Thomas Bernhard pour dire sa haine de l’État catholique autrichien et des Autrichiens. Dans son roman Maîtres anciens, qu’adapte et joue seul en scène Nicolas Bouchaud, un... Lire la suite (1er décembre)
  • « Festen »
    Cyril Teste s’est emparé du scénario du film de Thomas Vinterberg, l’a adapté pour le théâtre, sans le trahir en laissant intacte la charge émotionnelle du film. Quand la pièce commence, la salle est... Lire la suite (29 novembre)