Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Anne Linsel et Rainer Hoffmann

"Les rêves dansants - Sur les pas de Pina Bausch" Sortie en salles le 13 octobre 2010

En 1978, Pina Bausch crée "Kontakthof" au Tanztheater avec les danseurs de sa compagnie. En 1999, elle reprend sa mise en scène sous un nouveau titre : "Kontakhof avec dames et messieurs de plus de 65 ans". Tous les participants au spectacle appartiennent au troisième âge.
Le 7 novembre 2008, aura lieu la première représentation d’une troisième version du spectacle "Des adolescents dansent Kontakthof". Pendant presque une année, quarante adolescents provenant de plusieurs écoles de Wuppertal ont travaillé sur la pièce au rythme de rendez-vous hebdomadaires sous la direction de deux danseuses de la troupe et parfois sous le regard tout empreint de tendresse, de Pina Bausch elle-même.
Anne Linsel et Rainer Hoffmann ont filmé le travail de ces jeunes danseurs qui, pour certains d’entre eux, ignoraient jusque là tout de la danse et de l’existence de la célèbre chorégraphe. Mais l’objectif des deux cinéastes va bien au-delà de la restitution du travail de répétition des groupes d’adolescents. Il suit l’évolution de quelques uns des participants que la caméra privilégie et de quelques autres au second plan, depuis les premières tentatives maladroites jusqu’à l’aboutissement d’une chorégraphie miraculeusement aboutie.

Le sujet de la pièce est la quête d’amour et de tendresse quand elle passe par la déception et par l’agressivité. A la difficulté que représentait pour les adolescents profanes, les exercices de danse contraignants et les improvisations, s’ajoutaient les problèmes relationnels propres à l’âge et les difficultés à faire se mouvoir un corps en pleine mutation.
Des différences d’âge, de nationalité, de parcours scolaires auraient pu représenter des obstacles mais tous ces jeunes ensemble ont su développer, guidés sans doute par le désir de réussite, et par la détermination des deux danseuses qui les encadraient, une solide harmonie et des élans de confiance communicatifs.
L’objectif de Pina Bausch était bien évidemment d’arriver à un résultat convaincant avec un spectacle abouti, mais il était surtout d’amener les jeunes gens à "être eux-mêmes" à travers les tâtonnements, les découvertes… en passant par la discipline d’un travail chorégraphique qui les a amenés à vivre et contenir leurs angoisses, laisser aller leurs sentiments, libérer leurs désirs et dévoiler leurs rêves cachés.
Est-ce à cause de la candeur et de la volonté des ces jeunes gens prenant conscience qu’ils se sont engagés dans un vrai travail artistique en même temps qu’un travail sur eux-mêmes ? Est-ce l’élan de groupe, l’humilité et le plaisir qui transparaît avec les affres du trac et les angoisses ? Est-ce parce que les images qu’on voit de la grande Pina Bausch sont les dernières avant sa disparition moins d’un an plus tard mais l’émotion qui saisit au terme de la représentation est immense.
Un beau film à voir et à montrer pour rendre compte d’une aventure exceptionnelle.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)