Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Richard Dindo (Suisse-France)

"Les rêveurs de Mars" Sortie en salles le 16 juin 2010

Ce ne sont ni des illuminés ni des fous et les arguments qu’ils développent reposent sur des études sérieuses et approfondies. Ce sont des scientifiques, des architectes, des ingénieurs, des écrivains et ils voient tous dans la colonisation de Mars, le seul moyen pour l’espèce humaine de survivre un jour. La colonisation d’une autre planète et la naissance d’une nouvelle civilisation leur paraissent inéluctables. Pour chacun d’entre eux "l’exil" vers Mars sera devenu un jour une nécessité, quand la vie sur une Terre surpeuplée, asphyxiée et mutilée aura atteint un point de non retour. Lorsque la terre malmenée par l’économie aveugle du profit sera dans le même état de désertification que celui où les "nouveaux hommes" trouveront Mars à leur arrivée.
Tous sont convaincus qu’il y a une vie possible sur Mars et qu’il existe des êtres civilisés sur d’autres planètes de notre galaxie.
Mais tous, de la même façon, à la manière de l’écrivain Stanley Robinson, auteur d’une trilogie romanesque sur Mars, recommandent d’épargner la Terre autant que possible et de rester attentif au réchauffement de la planète qu’ils considèrent de façon unanime comme étant le problème majeur de notre siècle.
La construction de structures habitables autonomes pourrait permettre aux premiers habitants de vivre sur Mars tout en œuvrant pour rendre la planète habitable. La récupération de l’eau gelée des sous-sols permettrait la culture de végétaux qui apporteraient l’oxygène manquant et face aux conditions de vie difficiles et dangereuses, les pionniers mettraient en place les bases d’une civilisation totalement différente de la nôtre. Une civilisation dont il reste à espérer qu’elle ne reproduira pas les mêmes erreurs que la nôtre.
La reconstitution de la planète Mars nous donne à voir des paysages arides aux couleurs à dominante rose qui leur confèrent une certaine beauté et pourrait opérer sur le spectateur une sorte de fascination attractive.
Le film fait un état des lieux des dangers qui menacent notre planète et dresse un calendrier d’échéances peu réjouissant mais le sérieux du questionnement n’exclut ni la drôlerie, ni l’ironie.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)