Actualité théâtrale

Jusqu’au 24 janvier au Théâtre du Lucernaire

« Les tribulations d’Ana »

Une jeune femme se souvient. Enfant elle a rêvé d’être institutrice ou infirmière, adolescente ses rêves ont évolué. Jeune femme, il faut bien vivre après des études de sociologie. Elle postule donc pour un emploi d’hôtesse de caisse, comme on les nomme aujourd’hui. Du recrutement à l’emploi, Ana nous conte l’univers du travail dans un supermarché, les rapports avec la hiérarchie et les clients, les horaires, la fatigue et le stress. En dépit du mépris de la recruteuse pour sa formation, elle ne s’empêchera pas d’être sociologue.
Théâtre : "Les tribulations d'Anna"
Sébastien Rajon a été séduit par l’ouvrage d’Ana Sam, Les tribulations d’une caissière , et l’a adapté et mis en scène pour Vica Zagreba, que l’on connaissait aussi comme metteure en scène en particulier pour un Dindon de Feydeau dans une ambiance tzigane salué par la critique l’an passé. Vica Zagreba est Ana la caissière, mais aussi la recruteuse, celle qui lance les offres promotionnelles et même le dernier client qui traîne dans les rayons, alors que les employées ne rêvent que de rentrer chez elles. Elle est excellente. Sous le néon de la Caisse, elle s’agite, se déplace de la Caisse aux bureaux et à la cafet’ pour la pause, respecte le SBAM (sourire, bonjour, au revoir, merci) sésame de l’emploi comme on le lui a répété. On la suit dans son travail, mais on l’entend aussi penser aux heures supplémentaires non payées ou à la pause espérée et qui sera trop courte. Elle est aussi la sociologue qui observe avec un humour ravageur l’humanité qui se croise dans ce forum des temps modernes et fait passer son message et ses statistiques à l’aide de petits cartons assez hilarants. Elle prend de la distance avec un livre de récits mythologiques qui lui offre des mythes tellement évocateurs de son travail, comme Sisyphe ou le tonneau des Danaïdes. Et c’est sur l’image de la caverne de Platon que se conclura l’expérience d’Ana.

C’est une pièce qui témoigne avec beaucoup de justesse du monde du travail actuel où la précarité touche aussi les jeunes diplômés, un monde où, sous des apparences policées, pointe une grande brutalité. C’est sérieux mais ce n’est ni pesant ni didactique. On rit, mais tout devient étrange sous le regard avisé et plein d’humour d’Ana et l’on se dit que grâce à Vica Zagreba, on regardera autrement la caissière lors de notre prochaine visite au supermarché.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réduc’SNES sur réservation : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)