Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 avril au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis

« Les trois sœurs »

Sur scène un canapé rouge, Irina en robe blanche, invite ses sœurs à venir danser. Olga, l’aînée, refuse, elle pense à leur père, mort un an avant, Macha lit et sifflote ironiquement. Trois sœurs donc, qui vivent à la campagne, où elles sont arrivées onze ans auparavant quand leur père y a été envoyé en garnison. Elles rêvent de retourner à Moscou, la ville de leur enfance, Irina rêve de travailler, Olga est lasse de son travail d’institutrice et Macha regrette d’avoir mal choisi son mari. Elles ont tout juste quitté le cocon de l’enfance, ne peuvent plus compter sur leurs parents qui sont morts et déjà, elles n’attendent plus grand chose des maris ou des amants qui partent ou ne sont pas à la hauteur de leurs espérances. C’est à cette période charnière où elles doivent choisir leur vie et abandonner leurs rêves que Tchekhov les saisit.

Théâtre : Les trois soeurs

Jean-Yves Ruf a souhaité sortir de l’image souvent donnée de trois jeunes filles tristes, déjà un peu fanées alors qu’elles ont à peine plus de vingt ans. Le premier acte ressemble un peu à du bavardage, pourtant des choses graves transparaissent. Macha accueille au début Verchinine, qui n’a que 30 ans, en lui disant « Oh, comme vous avez vieilli » et il répond « oui quand on m’appelait le major amoureux, j’étais jeune encore ! ». Il faut résister au temps qui passe, à la perte des illusions, il faut vivre, abandonner l’oisiveté de la vie aristocratique, se mettre au travail et l’on boit pour se consoler. Le moment de l’incendie voit les trois sœurs réunies dans un espace étriqué, où le canapé, symbole du nid familial est toujours là. Le dernier acte est sensé se passer dans le jardin, puisque les sœurs sont évincées de leur maison par leur belle-sœur (interprétée par Sarah Pasquier), qui a pris le pouvoir et organise tout l’espace, se comportant en arriviste prête à fouler aux pieds les vieux serviteurs. Elles sont face à des choix de vie, c’est la fin de leur monde, leurs routes vont se séparer mais la mise en scène de Jean-Yves Ruf nous laisse dans un lieu peu déterminé, le bruit de la scie ne suffit pas à nous entraîner dans le parc et cela nuit à la cohérence de cet acte. Elissa Alloula campe une Irina qui mêle insolence et nostalgie, charmeuse et charmante, résignée à un avenir éloigné de ses rêves. Lola Felouzis est une Macha désabusée, amoureuse de Verchinine, excellent Christophe Brault, qui affiche un optimisme cachant peut-être une profonde détresse. Face aux trois sœurs qui sont des femmes fortes, libres d’esprit, ayant eu une éducation un peu à part comme le dit l’une d’elles, les hommes apparaissent mous, velléitaires. Ils fuient la vie dans l’alcool, à l’image du médecin (Francis Freyburger) qui dit qu’une femme est morte par sa faute car il ne se souvient plus de rien, n’a plus que du vide dans la tête et du froid dans le cœur ou du frère (Pierre Yvon) qui se perd au jeu et n’est pas devenu professeur à l’Université comme ses sœurs l’espéraient.

Si on se réjouit d’entendre la musicalité de la langue de Tchekhov dans la belle traduction d’Anton Markowicz, on regrette que la mise en scène, en plaçant le plus souvent les personnages face aux spectateurs et sans arrière plan, ne serve pas la profondeur de la pièce.

Micheline Rousselet

Du lundi au samedi à 20h, le dimanche à 15h30, relâche le mardi.

Théâtre Gérard Philipe

59 Bld Jules Guesde, 93200 Saint Denis

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00

www.theatregerardphilipe.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)