Actualité théâtrale

Studio des Champs-Elysées à partir du 9 septembre

« Les vibrants » de Aïda Asgherzedeh Mise en scène Quentin Defalt.

En 1914, Eugène, beau jeune homme vif et insolent, part à la guerre comme engagé volontaire.

Atteint par un éclat d’obus à Verdun, il a la moitié du visage arrachée et compte parmi ceux qu’on a appelé les gueules cassées.

Admis au Val-de -Grâce pour une longue période de convalescence, il a totalement perdu goût à la vie.

Jusqu’au jour où il rencontre la comédienne du Français Sarah Bernhardt venue rendre visite aux blessés dans le cadre du théâtre aux Armées.

Elle remarque Eugène qui, malgré son handicap, montre des qualités de lecteur à haute voix et va le convaincre de se lancer dans le théâtre, la seule chose qui, selon elle, pourra le sauver.

Elle l’encourage à embrasser le rôle de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand en utilisant un masque. Après d’épouvantables souffrances Il finit par remporter un immense succès sur les planches.

C’est Sarah Bernhardt, admirative face à une tel exemple de dépassement de soi, qui lui attribuera le qualificatif de « vibrant » qui revient à tous ceux qui se dépassent par le jeu.

Théâtre : Les vibrants

Autant le dire très vite, le spectacle qui nous est proposé sur le plateau du Studio des Champs-Elysées n’est pas parfait. Il souffre à la fois de certaines faiblesses de mise en scène qui engendrent et notamment, au tout début de la représentation, des moments de flou narratif qui entravent la compréhension du propos et le travail sur les ellipses mériteraient plus de soin.

Et pourtant, et cela même si le personnage de Sarah Bernhardt est affadi par une interprétation qui aurait mérité plus de relief, la pièce d’Aïda Asgharzadeh suscite de l’intérêt et au final, la mise en scène de Quentin Defalt, par son acharnement à rester sur la même ligne, finit par apporter au spectacle un contour d’authenticité.

Et c’est là où le spectacle pourrait souffrir d’invraisemblance (l’arrivée de Sarah Bernhardt, le succès triomphant d’Eugène dans le rôle de Cyrano …), qu’il prend une envergure romanesque et trouve sa bonne pente.

« Le vibrants » est un spectacle qui a besoin de maturer, de donner plus d’épaisseur à son propos. Il le fera au fur et à mesure des représentations.

Mais, en l’état, il est soutenu par un public enthousiaste qui ne compte pas ses applaudissements...

Francis Dubois

Studio des Champs-Elysées 15 avenue Montaigne 75 008 Paris.

Réservations : 01 53 23 99 10 / www.comediedeschampselysées.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)