Actualité théâtrale

au Théâtre du Marais

« Les zhumoristiques » jusqu’au 13 mars 2010

D’abord il y a un texte, celui de Michel Monnereau, un ensemble d’aphorismes, de saynètes très courtes, d’épitaphes extravagantes, de calembours.
On pense bien sûr à Pierre Dac et Francis Blanche, à Alphonse Allais, à Boris Vian, bref à tous ceux qui nous ont tant fait rire, d’un rire plein d’intelligence qui se moquait des travers humains sans se placer au-dessus de la mêlée. Cela va de l’absurde, tel le dialogue avec le chimpanzé qui se conclut par « on ne devrait jamais parler aux chimpanzés le dimanche », à l’humour noir, tels le faire-part de Marie et Joseph qui annoncent « la mort de leur fils Jésus » suivis d’un second faire-part annonçant sa résurrection et invitant à ne pas tenir compte du premier !
Il y a des aphorismes du genre « Mourir n’est rien, c’est ne pas se lever le lendemain qui est le plus pénible », des petites annonces, « l’homme qui s’est trompé de femme en sortant du cinéma hier au soir est prié de me ramener Josette, c’est elle qui a les clefs », un texte sur « comment traquer les CRS dont les mœurs nous sont en grande partie inconnues, surtout leur mode de reproduction ».
Ensuite ce texte est servi par deux acteurs Catherine Artigala et Olivier Cordina. Il est mince et digne, elle est ronde et rousse et nous offre un sourire éblouissant. Elle nous dit son texte avec une gourmandise jubilatoire, tandis qu’il semble plongé dans la réflexion que lui inspire le sien et le tout s’enchaîne sur un rythme trépidant. Leurs mouvements sont réglés comme un ballet, ils s’envoient à la tête les sentences lapidaires, les dictons vengeurs, les saynètes lourdes de drames et nous renvoient le portrait d’une drôle d’humanité, où l’homme fait ce qu’il peut. Bien sûr c’est sur les épitaphes qu’ils terminent leurs échanges et « le dernier qui meurt éteint la lumière ».
Deux tabourets, un jeu délicat de lumière et quelques bribes de musique de Satie suffisent à nous faire entrer dans leur monde. En ces temps moroses, où trop d’humoristes confondent rire et vulgarité, c’est un spectacle original où l’on rit beaucoup en observant une humanité qui nous ressemble. Micheline Rousselet

Théâtre du Marais
37 rue Volta, 75 003 Paris
les jeudi, vendredi et samedi à 21h15, relâche les 25 décembre et 1er janvier
Réservations 01 46 36 98 60
(se recommander du Snes, car nous sollicitons ce Théâtre pour devenir "Partenaire réduc’snes)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)