Communiqués

Lettre à la Ministre de l’Education nationale Evaluation au collège

Madame la Ministre,

Les personnels des collèges sont confrontés depuis six mois à la mise en œuvre de la réforme du collège. Nous constatons sur le terrain une grande fatigue professionnelle : nouveaux programmes, nouveaux dispositifs et maintenant nouvelles modalités pour les bulletins scolaires. Dans de trop nombreux collèges, les collègues sont sommés d’établir des bulletins beaucoup plus fournis que ce qui est prévu par les textes. Il leur est demandé de produire des positionnements sur des listes locales de compétences, d’évaluer des EPI et parfois même l’accompagnement personnalisé ou les parcours, alors qu’ils sont indissociables de l’évaluation des enseignements.

Ces prescriptions locales relèvent du non-sens pédagogique, elles augmentent encore la charge de travail, et n’ont pas d’intérêt pour la communication avec les parents, qu’elles rendent souvent illisible en multipliant les indications.

Alertée lors du Conseil supérieur de l’éducation du 2 mars, la DGESCO a reconnu un problème. Le Cabinet de même a confirmé avoir donné aux Recteurs des orientations conformes aux textes. Cela n’a manifestement pas suffi et ces orientations ne sont pas redescendues partout.

Nous vous demandons donc, Madame la Ministre, d’effectuer par une instruction écrite aux personnels de direction et aux IA-IPR les rappels suivants :
- l’évaluation du socle commun de connaissance de compétences et de culture se fait au conseil de classe du troisième trimestre en Sixième et en Troisième et non de façon prématurée ;
- l’évaluation formative et sommative des élèves relève de la liberté pédagogique des enseignants dans le cadre des textes réglementaires, qui laissent la liberté de choisir des compétences ou des notes ;
- la rubrique « éléments de programmes travaillés durant la période » du LSU peut se remplir uniquement à l’aide du menu déroulant prévu à cet effet ;
- les enseignants sont maîtres de leurs appréciations dans le respect des textes réglementaires.

Le SNES-FSU s’est largement exprimé sur la qualité plus que médiocre des formations subies par les personnels concernant la réforme du collège. Il est maintenant d’autant plus nécessaire de cadrer le travail des un-es et des autres de façon à épargner aux enseignants des tâches chronophages et inutiles.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma haute considération

Frédérique ROLET

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Affectation post-bac, bac et lycée : pas de réforme à marche forcée !
    Le SNES-FSU a participé à la concertation enseignement supérieur en septembre-octobre et a rencontré la mission Mathiot sur le bac et le lycée le 13 novembre. Le projet de loi sur l’orientation et... Lire la suite (17 novembre)
  • Enseignement de la Shoah : pas de faux procès
    Dans son édition datée du vendredi 3 novembre, le Monde traite de la persistance de l’antisémitisme en France. Le sujet est illustré par un dessin de Plantu représentant un enseignant affirmant ne plus... Lire la suite (3 novembre)
  • Grève
    La grève de ce jour constitue un avertissement sévère que le gouvernement devrait prendre au sérieux. Quelques mois après son élection, la politique du Président de la République a eu pour effet de... Lire la suite (10 octobre)
  • La Cour des Comptes cible à nouveau les enseignants
    La Cour des Comptes a publié son rapport « Gérer les enseignants autrement. Une réforme qui reste à faire ». Elle y égrène, comme chaque année, un certain nombre de poncifs habituels de la pensée libérale... Lire la suite (4 octobre)
  • Budget 2018
    Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du... Lire la suite (28 septembre)