Actualité théâtrale

Jusqu’au 14 avril au Théâtre de l’Atalante

« Lettres à Élise »

1914, Jean l’instituteur part à la guerre, laissant derrière lui sa femme et ses deux jeunes enfants. Pendant toute la durée de la guerre ils vont s’écrire. Dans les lettres de Jean passent l’espoir d’une victoire rapide, les rires avec les camarades qui laissent bientôt place à la peur avec les premiers combats, les souffrances dans la boue et le froid, la douleur face à la mort des copains et à cette guerre qui devait être gagnée si vite et qui n’en finit pas, et enfin la révolte contre ces officiers qui cherchent la gloire au mépris de la vie des hommes. Dans les lettres d’Élise on entend la souffrance des femmes obligées d’assumer toutes les tâches, au foyer, aux champs, en remplacement des instituteurs partis au front ou des ouvriers dans les usines d’armement, contraintes de consoler le chagrin des enfants tout en supportant le leur.

Théâtre : Lettre à Elise

Yves Beaunesne a imaginé une très belle mise en scène pour ce texte de Jean-François Viot, inspiré de correspondances réelles. Au fond du plateau des panneaux translucides se couvrent peu à peu des cartes géographiques montrant l’évolution des entrées en guerre et des fronts dessinées par Jean, puis des dessins qu’envoient les enfants à leur père, Camille et Arthur bientôt rejoints par une petite Jeanne. Derrière les panneaux, en transparence, Élise raconte les transformations de la vie au village, le café qui n’ouvre qu’après la sortie des classes, les femmes organisant un atelier de tricot pour envoyer des chaussettes à leurs hommes. Parfois Élise rejoint Jean devant les panneaux translucides. La parole circule rapidement de l’un à l’autre. Le ton devient plus grave au fur et à mesure que les années se succèdent. Sur le front les fraternisations de Noël 1915 ont fait place à des combats sanglants, la contestation de la guerre gagne avec les premiers fusillés pour l’exemple. À l’arrière les rapports de classe se tendent.

Élie Triffault et Lou Chauvain donnent à cette correspondance de la couleur, de la gaîté parfois, de la tristesse souvent, de l’émotion toujours. Ils sont formidables. Ils ne nous font pas un cours d’histoire, c’est la vie qui frémit dans leurs échanges. On n’y entend pas seulement l’Histoire mais aussi l’amour et la peur de perdre l’être aimé. Tout est là et c’est très beau.

Micheline Rousselet

Les lundis, mercredis, vendredis à 20h30, les jeudis et samedis à 19h, les dimanches à 17h

L’Atalante

10 place Charles Dullin, 75018 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 06 11 90

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)