Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Ivo M. Ferreira (Portugal)

"Lettres de la guerre" Sortie en salles le 12 avril 2017.

En 1971, un jeune médecin portugais de vingt-huit ans est mobilisé et part pour deux années servir en Angola où sévit une guerre coloniale absurde et inutile.

Au moment de son départ, sa femme venait juste d’apprendre qu’elle attendait un enfant.

Depuis le poste militaire auquel il est rattaché, il lui écrit quotidiennement des lettres d’amour, poétiques, sensuelles et passionnées.

Ce jeune homme qui vit douloureusement cette séparation ne sait pas encore qu’il est en train de devenir un écrivain.

C’est Antonio Lobo Antunes dont deux cent quatre vingt lettres vont être publiées en 2005.

De ces lettres, Ivo M. Ferreira va tirer un film où il en propose ; en voix off, une lecture intime qui leur donne vie.

C’était un vrai défi de la part d’Ivo M. Ferreira de trouver un support narratif à cette correspondance à la fois objet littéraire, document de guerre et histoire d’amour.

Pourtant, c’est à la lecture de ces lettres que s’est concrétisé le projet qu’il portait depuis longtemps de réaliser un film qui parlerait de la guerre coloniale.

Le film est la propre interprétation d’Ivo M.Ferreira des écrits d’Antonio Lobo Antunes et de l’histoire d’Antonio et Maria José.

Et il a choisi pour maintenir en équilibre son film entre témoignage et fiction, de le tourner dans un noir et blanc qui renvoie au documentaire.

Ce qui est donné à voir à l’écran est une représentation de la guerre à la fois universelle mais qui évite les clichés avec, au centre de cette représentation, un personnage de jeune homme que le récit privilégie actif et généreux, sociable, mais que la séparation d’avec son épouse isole.

Le texte des lettres souvent lyrique, poétique n’a pas d’incidence sur le récit et si le film frappe par la beauté des images, à aucun moment il n’esthétise la violence.

Le beauté du film tient à la simplicité avec laquelle il aborde la reconstitution d’un épisode guerrier, à l’élégance du récit, au fait qu’il est hanté par un personnage que les circonstances rendent fragile mais qui, à l’opposé de cela, dégage un véritable charisme.

La lecture des lettres, lancinante, si elle met en valeur les sentiments et un profond désir de l’autre, de sa présence, mais aussi de son corps, n’enflamme jamais une image qui ne perd pas de vue, et de façon réaliste, la représentation de la guerre, les ambiances d’un campement, la réalité des armes, le qui-vive constant, l’insécurité de chaque instant au cours d’une opération militaire.

Cinéma : lettres de la guerre

Un long travail de préparation a fait que les acteurs qui allaient interpréter les personnages d’Antonio et de ceux qui composent la section, connaissaient parfaitement l’univers, le contexte et l’époque.

«  Lettres de la guerr e » est à la fois un film intimiste sur l’isolement quand il exacerbe les sentiments, sur les conditions de vie d’êtres éloignés, égarés dans un chaos guerrier auquel ils n’étaient pas préparés, et l’histoire d’un pays, d’un drame collectif et d’une guerre absurde mais qui n’en a pas été moins meurtrière.

Une magnifique réalisation. Une œuvre fascinante...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)