Actualité théâtrale

En tournée après La Maison des Métallos à Paris

« Liebman renégat »

L’acteur et humoriste belge Riton Liebman (entre autre dans Polisse de Maïwenn) a choisi de parler de son père, Marcel, brillant intellectuel de gauche belge, professeur d’université, juif marxiste et pro-palestinien, ce qui lui valut quelques insultes haineuses des Juifs de sa ville et même la protection de la police. Á travers son histoire, il nous parle aussi de toute une époque, celle des années soixante-dix, de la politique et aussi de la transmission, entre un père et son fils.

Théâtre : Liebman rénégat

Se construire une image quand on a un père brillant qui vous apprend à chanter l’Internationale à quatre ans, un père que l’on admire, mais dont l’image est parfois un peu envahissante, n’est pas toujours facile. Le texte de Riton Liebman est plein d’humour mais aussi d’émotion. Avec le recul il se souvient d’une famille joyeuse où Marx n’occupait pas seul la scène et où la musique était très présente, traversant les genres et les époques de Mozart à Led Zeppelin, de Deep Purple aux chœurs de l’armée Rouge. Il est accompagné sur scène par le musicien Philippe Orivel, au violon et au clavier. Celui-ci crée avec délicatesse et humour une musique qui accompagne l’acteur dans son retour sur son enfance, empreinte d’une admiration pleine d’amour pour ce père brillant, son adolescence plus difficile avec le désir de faire la fête bien loin de l’histoire paternelle et le retour vers la mémoire de ce père lorsque lui-même devient père.

On le suit dans ce parcours de vie où le militantisme joue toujours un rôle même s’il pose beaucoup d’interrogations. C’est drôle et émouvant.

Micheline Rousselet

15 novembre à Nîmes (30), 17 novembre à Clermont l’Hérault (34), 21 novembre à Oignies (62), 28 et 29 novembre à Strasbourg (67). D’autres dates en 2018 sur le site

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)