Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point jusqu’au 11 avril 2015.

"Lignes de faille" d’après le roman de Nancy Huston Mise en scène Catherine Marnas.

Que sont les failles dont il est question dans le titre du roman de Nancy Huston paru en 2006 ?

Catherine Marnas, l’actuelle directrice du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, l’a adapté pour la scène et nous pouvons le voir aujourd’hui sur le plateau de la salle Renaud-Barrault après sa création en 2011.

Sont-ce ces "accidents", ces révélations, ces levées de secrets familiaux qui, lorsqu’on est enfant, nous "forgent" et entrent dans la constitution de nos personnalités ?

La traduction de l’anglais fait référence à "la faute" et, en espagnol, le mot a à voir avec les grains de beauté (un élément récurrent du récit)

Mais il y dans la vie des personnages qui peuplent le "récit-saga" de Nancy Huston, une faille plus importante que les autres : le secret de l’arrière-grand-mère, qui a découvert tardivement quelle n’était pas la fille de ses parents allemands mais une enfant volée pour grossir les rangs des Lebensborn nazis.

L’adaptation au théâtre reprend ce qu’il y a dans le roman de l’analyse transgénérationnelle vue par les personnages impliqués, comme une sorte d’enquête policière sur l’aventure que représente la constitution d’une identité.

Quelles sont les lignes, les failles et les circonstances qui ont fait que nous sommes devenus ce que nous sommes.

Théâtre : "Lignes de faille"

Le spectacle qui résulte de la mise en scène de Catherine Marnas est passionnant, vif, pathétique, drôle, enlevé. Il fait avec une remarquable fluidité le lien entre le récit de l’intime et la grande Histoire.

Quatre heures de spectacle sont nécessaires pour que la transition ait le temps de se faire entre le quotidien et l’universel, entre ce que la metteure en scène appelle "le théâtre du Globe" et "Le théâtre de cuisine".

Ce n’est pas un hasard si la table du repas est l’élément essentiel du décor ; si , durant le spectacle, elle est inlassablement dressée et desservie.

Sol a six ans. Il porte sur le monde qui l’entoure un regard aussi curieux que candide. Le même que porteront sur leur environnement proche, tous les personnages du récit quand ils seront en âge de se poser les premières questions essentielles, sur le monde et sur eux-mêmes, avec une sorte de perception instinctives de ce qui va survenir et les déterminer en tant qu’adultes.

Sol passera ainsi, tout au long du récit, le relais à Sadie puis à Erra et cela au gré de l’Histoire, de l’Axe de Georges Bush au Mal tétanisant du nazisme, en passant par une très belle approche de l’histoire douloureuse du Moyen-Orient.

L’espace scénique est à la fois un zoom sur le familier et le surplomb de la planète vue d’en haut d’où le traitement minutieux, proche de la chorégraphie, du "second plan".

Et les moyens sont mouvants pour faire circuler le récit pour passer d’une atmosphère à l’autre, pour jongler avec les ellipses.

Une franche réussite.

La durée (4h 30 avec entracte) ne doit pas rebuter.

On ne voit pas le temps passer !

Théâtre du Rond-Point 2 bis Avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le cirque invisible »
    Depuis 2007 le cirque invisible revient régulièrement à Paris et on ne se lasse pas de ce spectacle à nul autre pareil. Ils reviennent tous les deux avec leur univers magique et poétique. Elle,... Lire la suite (7 mars)
  • La mégère apprivoisée
    « La mégère apprivoisée » est prolongée au Théâtre Artistic en raison du succès. Delphine Depardieu reprend le rôle de Catarina du 12 mars au 12 avril, puis elle jouera en alternance avec Sarah Biasini qui... Lire la suite (7 mars)
  • « Je ne vous aime pas »
    Deux femmes face à face : une actrice, très parisienne, venue jouer dans une ville de province et la programmatrice qui la reçoit. En fait de théâtre, c’est une salle polyvalente que lui fait visiter... Lire la suite (6 mars)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit », avec un formidable Franck Desmedt, est repris au Lucernaire du 4 mars au 26 avril, du mardi au samedi à 20h, dimanche à 17h Théâtre du Lucernaire 53 rue Notre Dame des... Lire la suite (6 mars)
  • « Kadoc »
    Représenter dans ses pièces le monde du travail et de l’entreprise, Rémi de Vos en est coutumier. Il n’est pas question pour lui d’en faire une étude sociologique, mais d’utiliser la vis comica qui... Lire la suite (5 mars)