Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Bruno Ballouard (France)

"Lili Rose" Sortie en salles le 22 octobre 2014

Samir et Xavier, deux amis trentenaires vivent au jour le jour dans la même bourgade. Leur dilettantisme leur apporte une liberté dont bien souvent, ils ne savent que faire. Un soir, ils s’invitent à une fête et rencontrent Liza dont l’avenir semble tout tracé avec un prochain mariage qui a l’air de lui convenir. Mais il suffira qu’elle surprenne son fiancé un peu trop proche d’une de ses amies pour qu’elle en prenne ombrage et quitte la fête. Au cours de sa déambulation nocturne elle rencontre Samir et Xavier avec qui elle accepte de faire une virée en voiture. Or, la promenade se prolongera durant tout le week-end au cours duquel chacun trouvera auprès des autres, la tendre complicité, la reconnaissance dont il avait grand besoin…
Culture - cinéma - Lili Rose
"Lili Rose" n’est pas un film à rebondissements. Il est tout le contraire. Son déroulement, d’un bout à l’autre, reste dans le domaine de l’intime, de la discrétion et c’est la "petite musique" qui se dégage de la simple déambulation des personnages qui nourrit l’enchaînement des séquences.
Et c’est parce que rien ne prédisposait ces deux garçons et cette fille, de tempérament et d’origine sociale différentes, à vivre ensemble dans une totale liberté, propice au rapprochement, que le récit prend consistance. Chacun d’eux était dans un état de solitude auquel il remédiait à sa façon, ne sachant pas qu’il faisait fausse route et s’accommodait vaille que vaille des circonstances qui guidaient son existence. Les trois personnages composent, chacun individuellement et tous les trois réunis dans une déambulation hasardeuse, un état des lieux d’une catégorie sociale contemporaine, celle que les circonstances économiques assortie d’un glissement presque imperceptible des valeurs, ont mis sur la touche et insensiblement transformés en marginaux.
Samir et Xavier n’ont aucune spécialité professionnelle qui pourrait les stabiliser. Ils se réfugient dans l’inactivité dans laquelle ils puisent les moyens d’une existence "fantôme" faite de petits moments immédiats reconduits.

"Lili Rose" bénéficie de plusieurs atouts qui rehaussent un scénario délibérément fragile. Des personnages finement dessinés qui échappent à tout stéréotype et prennent consistance au fur et à mesure de l’avancée du récit et trois comédiens qui les servent merveilleusement dans une interprétation en demi-teinte mais d’une grande efficacité.
Salomé Stévenin nourrit son personnage de beaucoup de féminité, de sensibilité et d’un désarroi qui exprime de façon touchante sa fragilité et sa détermination. Bruno Clairefond (Xavier) et Mehdi Dehbi (Samir) forment un duo contrasté et complémentaire qui se retrouve dans le domaine de la tendresse.
Le caractère éphémère de la rencontre interdit de penser à Jules et Jim et c’est tant mieux si "Lili Rose" échappe à toute référence cinématographique. Tant mieux si le film ne ressemble qu’à lui-même !
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)