Actualité théâtrale

Jusqu’au 4 avril 2014, à La colline –Théâtre national, partenaire Réduc’Snes

"Liliom" Texte de Ferenc Molnàr. Mise en scène Galin Stoev.

Liliom, bonimenteur de foire, séducteur et détrousseur de jeunes bonnes, est l’employé de madame Muscat qui a un faible pour sa personne et ne supporte pas de le voir tourner autour de midinettes en recherche d’aventure.

Elle pressent un vrai danger quand elle surprend Liliom en compagnie de Julie, une fille "pas comme les autres" dont la candeur risque de la destiner plus solidement au beau parleur.

La pièce de Ferenc Molnàr nous plonge dans les faubourgs populaires de Budapest au début du vingtième siècle. La vie y est très dure, la misère est présente partout et les plus démunis, après leur travail, aiment à aller s’étourdir dans le bruit et les couleurs de la fête foraine.

Dans le déroulement du conte social, Julie, fidèle à ses sentiments profonds, devient la maîtresse de Liliom et attend bientôt un enfant de lui. La paternité bouleverse l’âme et les règles de vie de ce bon à rien resquilleur.

Pour faire face à ses obligations liées au bébé, il décide de commettre un hold-up. Mais le coup monté tourne mal et Liliom, maintenant entre les mains de la justice, va devoir purger une lourde peine en prison.

Plutôt que de se retrouver privé de liberté, le bonimenteur se poignarde.

Quelques années plus tard, Liliom se retrouve projeté dans le monde des vivants. Il est en présence de Julie et de Louise adolescente, démuni et maladroit comme il l’a toujours été et le seul signe d’affection dont il est capable à l’adresse de sa fille est une gifle.

Galin Stoev est d’évidence plus à l’aise pour rendre l’ambiance d’une fête foraine que pour traiter le conte social et faire passer son personnage de l’autre côté du miroir.

Sa mise en scène stylisée du début de la pièce impose très vite ses limites et dès qu’il s’agit de traiter le sujet dans son réalisme, puis dans l’onirisme, il n’a plus les éléments nécessaires en main et son travail se distend, abandonnant en cours de route, le trouble du récit.

Les moments les plus réussis, on les doit aux comédiens et peut-être plus encore aux comédiennes –Marie-Eve Perron (Julie), Anna Cervinca, (Marie).

Le choix de Christophe Grégoire pour jouer Liliom paraît plus contestable quand on se souvient qu’au cinéma, chez Fritz Lang, c’est Charles Boyer qui interprétait le personnage !

Il n’est pas indispensable, pour rendre crédible une petite frappe sans envergure, de le réduire à un macho, "rouleur de mécanique" avec l’accent des faubourgs.

Francis Dubois

La Colline – Théâtre National 15 rue Malte Brun 75 020 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 62 52 52

www.colline.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)