Actualité théâtrale

au Nouveau Théâtre de Montreuil jusqu’au 18 mai

"Liliom ou la vie et la mort d’un vaurien" de Ferenc Molnàr. Mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia

"Liliom" est une fable foraine écrite en 1909 par le dramaturge hongrois Ferenc Molnàr, dont l’action se situe dans un quartier populaire de Budapest.
Liliom, le bonimenteur qui propose ses tours de magie dans les foires, plait aux femmes. Il plait à Madame Muscat, tenancière de stands d’attractions, à Louise et à Julie qui se laissent aller avec lui, dans le tourbillon des manèges. C’est Julie qui l’emporte sur les autres, et c’est elle que Liliom finit par épouser. Mais le beau garçon charmeur, on pouvait s’y attendre, fait un piètre mari. Entraîné par son acolyte, le Dandy, et une future paternité qu’il voudrait pouvoir assumer même s’il ne l’avoue pas, il se lance dans de mauvais projets qui finiront par l’acculer au suicide. Il lui faudra attendre des années, l’opportunité d’un bref retour sur terre, pour qu’il tente de racheter ses fautes.
"Liliom" réunit, dans un dédale d’événements conduits par la dissimulation des sentiments, la résistance à la tendresse, les mauvais choix inéluctables, tous les ingrédients du mélodrame.
Liliom, le mauvais garçon de façade, Julie, que tout destine à son rôle de victime, Madame Muscat forte en gueule mais grand cœur ou Julie qui tricote son plan de vie, évoluent chacun dans l’étroit sillon de son destin…
La mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, la traduction du texte qui actualise discrètement l’univers de la banlieue de l’époque, le jeu légèrement distancié des comédiens contribuent à éviter les écueils qui pouvaient menacer le choix d’ un texte dénonçant l’injustice, la lâcheté humaine et la prédestination au malheur des laissés pour compte de la société.
Au lieu du spectacle désuet ou, au contraire, trop adapté à l’actualité qu’on pouvait craindre, on se trouve face à un théâtre singulier, plutôt inclassable, qui fait la part belle, avec la même efficacité et beaucoup de justesse parfois, à la tendresse, à l’émotion, à la violence et donne une âme à des personnages attendus.
La peinture contrastée de cette société marginale et déshéritée échappe au naturalisme qui guettait et accède tout à coup, avec une certaine ampleur, de l’intime et du charme, à l’universel.
Si le plaisir qu’on prend au début du spectacle est plutôt hésitant, "Liliom" ne cessant de dévoiler ses qualités, laisse opérer son charme et nous embarque dans un curieux crescendo, un peu comme s’il s’était insidieusement glissé, entre les ligne du texte, un effet de magie qui nous aurait échappé.
En fait de magie, il s’agit tout simplement des effets cumulés d’une construction dramatique précise, d’une mise en scène subtile et d’une interprétation de grande qualité…
Un beau spectacle.
Francis Dubois

Nouveau théâtre de Montreuil - CDN
10, place Jean-Jaurès - 93100 Montreuil
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 48 70 48 90

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)