Actualité théâtrale

Jusqu’au 1er octobre à la Manufacture des Abbesses

"Lisbeths"

Un homme, une femme, ils se sont rencontrés, se sont parlés, se sont pris la main, hésitent pour savoir qui a pris la main de l’autre, se sont retrouvés à l’hôtel, se sont aimés et envisagent de faire un enfant. Pietr est un VRP qui s’était enfermé dans la routine et Lisbeth bouleverse sa vie. Elle est partie avant lui et quand il la retrouve sur le quai de la gare de La Rochelle, c’est elle et c’est une autre.

On retrouve dans cette pièce l’écriture résolument contemporaine de Fabrice Melquiot. Des petits fragments se télescopent créant une atmosphère étrange, où le fantastique s’insinue dans le réel. Dans cette histoire d’amour, on glisse du réel au fantasme comme dans un rêve où les désirs se muent en attentes et les élans en atermoiements. Des répliques drôles s’introduisent dans un climat parfois énigmatique où le réel se mêle à la poésie. Fabrice Melquiot nous parle des métamorphoses que nous impose l’amour, du sentiment que l’autre est à la fois celui que l’on a connu hier et pourtant différent, de l’inquiétude et du trouble que cela procure.
La mise en scène, volontairement dépouillée, deux chaises face aux spectateurs, laisse toute la place au jeu délicat, sensible et vif des acteurs, Claude Lalu et Babette Largo. Ils nous entraînent avec bonheur dans cette histoire où l’étrange perce sans cesse sous le quotidien.
Micheline Rousselet

Jeudi, vendredi et samedi à 21h, dimanche à 17h, relâche le 25 septembre
La manufacture des Abbesses
7 rue Véron, 75018 Paris
Réservations : www.manufacturedesabbesses.com / 01 42 33 42 03

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)