Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Dheeraj Akolkar (Norvège)

"Liv & Ingmar" Histoire d’une passion racontée par Liv Ullmann Sortie en salles le 8 mai 2013

Liv Ullmann se raconte. Elle raconte la relation hors du commun entre Ingmar Bergman et elle, riche et parfois douloureuse, et qui aura duré plusieurs décennies. Elle relate l’émotion qu’elle a ressentie la première fois qu’elle l’a vu (elle a vingt-cinq ans, il a presque vingt ans de plus qu’elle), l’histoire d’amour qui est née entre eux deux, dont le cheminement chaotique se retrouve dans un certain nombre de films qu’ils ont faits ensemble, jusqu’à cette rupture nécessaire qui a laissé place à une grande amitié.

Ingmar Bergman était un homme exigeant, intransigeant tant au plan artistique qu’au plan personnel, parfois cruel.

Liv Ullmann, avec beaucoup de spontanéité, de naturel,(elle est restée très belle) raconte une histoire d’amour, de rupture mais surtout l’histoire d’un parcours marqué par une qualité de relation qui n’a jamais fait défaut, qui a traversé sans se brûler les ailes toutes les difficultés d’un couple exceptionnel et peut-être ordinaire.

Le film de Dheeraj Akolkar, basé sur le récit drôle, émouvant, parfois bouleversant de Liv Ullmann est entrecoupé d’extraits de films parmi les plus marquants ayant réuni au générique les deux noms prestigieux.

Les histoires que racontent les films choisis viennent en parallèle avec celle du couple et c’est cette superposition troublante qui représente, en grande partie, l’intérêt de ce qui est à la fois une suite de révélations intimes sur le couple et un documentaire sur un duo mythique.

Avec ce film, on prend la mesure de ce que le cinéma d’Ingmar Bergman pouvait représenter dans sa diversité d’inspiration et dans sa cohérence. A la fois une grande œuvre universelle et de référence, et un cinéma intime qui touchait de très près à sa propre vie sans que ce soit perceptible.

Même si Liv Ullmann cite très souvent le nom d’Ingmar Bergman, même s’il apparaît à l’image dans des séquences de tournage comme un personnage qui pouvait être drôle, voire clownesque, l’homme qu’on entraperçoit reste le plus souvent mystérieux, énigmatique.

C’est un peu comme si la comédienne, à travers les confidences qu’elle livre sur leurs années de vie commune, les décennies de complicité professionnelle, s’était appliquée à ne pas toucher au personnage d’Ingmar Bergman et au mythe qu’il représente.

Et c’est tant mieux. Car trop de révélations à son sujet auraient nui à l’équilibre du film. Il fallait cette part de pudeur, ce respect du personnage pour que sa participation, restée dans l’ombre, restitue la vérité sur un homme pudique.

Le choix des extraits de films qui nous sont donnés à voir tout au long de "Liv et Ingmar " excite la curiosité. On a envie de revoir (peut-être désormais sous un éclairage nouveau), "La honte", "cris et chuchotements", "Sonate d’automne" ainsi que la dernière œuvre du maître suédois, sortie en 2003, "Sarabande".

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Affaire de famille"
    Jean Guignebont a raté de peu, autrefois, une carrière de footballeur en première division. Laure Guignebont tient dans un quartier de Grenoble, une boutique de souvenirs démodée dont elle a hérité... Lire la suite (Juin 2008)
  • "L’Appel des arènes"
    Nalla et Sory sont deux jeunes dakarois issus de milieux sociaux très différents. Nalla vient d’une famille aisée tandis que Sory, chômeur épileptique vit de petits trafics et de paris douteux. Le seul... Lire la suite (Juin 2008)
  • "A swedish love story – Le temps de l’innocence"
    Pär et Annika ont quinze ans. Ils se rencontrent au cours d’une fête à la campagne. Même blondeur, même visage angélique. Ils s’aiment dès le premier regard avec la maladresse de leur âge, d’un amour... Lire la suite (Mai 2008)
  • "Reprise"
    En juin 1968, un groupe d’étudiants en cinéma de l’IDHEC filme le retour au travail des employés de l’usine Wonder à Saint-Ouen après trois semaines de grève. Une jeune femme, ouvrière de l’usine, reste... Lire la suite (Mai 2008)
  • "Moi qui ai servi le roi d’Angleterre"
    Jiri Menzel et l’écrivain Bohumil Hrabal n’en sont pas à leur première collaboration. Dans les années 60, pour Petites perles au fond de l’eau, un film tiré de plusieurs nouvelles de l’auteur, Menzel... Lire la suite (Mai 2008)