Actualité théâtrale

Théâtre de la Bastille – partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 3 février 2013

Lost (Replay) Texte et mise en scène de Gérard Watkins

Une phrase sur un mur dans le métro avait attiré l’attention de Gérard Watkins. Elle vantait les mérites des technologies modernes et disait : "J’ai rencontré ma voisine de palier grâce à internet". Quelqu’un avait écrit à côté, en réponse " Pauvre c…, moi, je suis allé tout simplement cogner à sa porte".

De ces deux phrases et de " Paradise lost" de John Milton sont nés le projet de sa pièce : "Lost (replay)". "Lost", perdu, et "replay",rejouer. Peut-on faire renaître ce que nos pratiques actuelles ont perdu ou enfoui ?

Dans deux appartements voisins du même immeuble vivent en solitaires un homme et une femme d’aujourd’hui. Lui dont le travail à domicile consiste à évaluer le personnel d’une hot-line, sort rarement de chez lui. Elle, célibataire également, a reçu un matériel qui lui permettra avec l’accès à internet, de rentrer en contact avec d’autres personnes et sait-on jamais, de rencontrer l’âme-sœur.

Au même moment, trois anges qui ont été expulsés du paradis apparaissent dans les sous-sols du même immeuble.

Ils se réveillent sur terre et n’ont aucune idée de ce qu’il va advenir d’eux dans un monde inconnu et leur semble-t-il, terriblement hostile. Que vont-ils faire ? Panser leurs plaies, ruminer une vengeance, rester cachés, tenter de vivre à découvert ?

Les rencontres d’un des deux hommes-anges avec l’inspecteur et de l’ange-femme avec la célibataire cloîtrée vont bientôt donner un sens à leur présence sut terre.

Ils opteront pour le défi, celui de prouver autant à eux-mêmes qu’aux humains, que l’humanité mérite encore son nom.

Ils vont organiser une rencontre entre les deux êtres esseulés, sur le toit de l’immeuble, à ciel ouvert.

En dépit de la présence d’anges, "Lost (Replay)" est un texte athée qui n’a aucune inspiration mystique, pas plus qu’il n’évoque une attirance pour l’au-delà.

La chute des anges exclus du paradis et l’allusion à la tentation d’Adam et Ève par Satan ne représentent pour Gérard Watkins qu’un support approprié pour parler du monde d’aujourd’hui.

La "chute" signifie peut-être plus pour l’auteur, celle du Mur de Berlin, du World Trade Center, de la bombe H sur Hiroshima, du cours de la bourse, qu’elle ne fait référence à la fable des anges déchus.

Le texte de Gérard Watkins est peut-être un peu trop "phraseur" ou philosophique pour traiter d’une histoire très simple et porter un regard sur notre monde déshumanisé, sur l’isolement, la difficulté pour de nombreux individus à établir ou à conserver un contact digne de ce nom avec d’autres êtres qui sont pourtant dans le même état de solitude et de demande.

Après un premier quart d’heure un peu confus (l’apparition des trois anges à travers un mur de briques et leur découverte d’un environnement inconnu), la pièce trouve son rythme et les comédiens, leur souffle et leur équilibre sur un dispositif dangereusement incliné.

Tous les comédiens, une fois tirés d’affaire, prennent leur partition à bras le corps et servent avec humour et gravité, le texte de Gérard Watkins.

Francis Dubois

Théâtre de la Bastille 76 rue de le Roquette 75 011 Paris

www.theatre-bastille.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 57 42 14

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)