Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Cyril Mennegun (France)

"Louise Wimmer" Sortie en salles le 4 janvier 2012

On ne nous dit rien sur les circonstances qui ont amené Louise Wimmer à se voir obligée de dormir dans sa voiture, d’entasser ce qu’il lui reste d’effets personnels dans un garage et de faire sa toilette dans les lavabos de gare.

On sait qu’elle est femme de ménage dans un hôtel, mais que le nombre d’heures de travail qu’on lui attribue ne lui permet pas financièrement de prétendre à un deux pièces en HLM.

Elle roule en voiture et porte des vêtements qui laissent supposer qu’elle menait encore récemment une existence confortable, mais on apprend aussi que c’est elle qui a décidé de rompre avec son mari au risque de se voir, comme c’est le cas, obligée de se démener pour garder malgré tout la tête hors de l’eau.

Car, à l’approche de la cinquantaine, Louise se retrouve sans statut, sans argent et sans moyen de rebondir.

Avec la complicité d’une comédienne inconnue à ce jour, mais avec laquelle il faudra compter dorénavant, Cyril Mennegun a dressé un superbe portrait de femme à travers un récit très maîtrisé d’où sont exclus tout épanchement et toute trace de misérabilisme.

Son film est travaillé au scalpel selon un enchaînement de séquences, le plus souvent courtes pour ne pas dire tronquées, interrompues au bon moment, celui à partir duquel on pourrait s’apitoyer sur le sort peu enviable d’une femme sabrée par l’existence, à un âge critique, face à un avenir obstrué.

La silhouette racée de Corinne Masiero, son élégance, les défis qu’elle lance aux signes de l’âge, sont les atouts premiers du personnage. S’y ajoutent la rigueur du récit, la précision de la mise en scène et l’observation délicate des situations.

Louise Wimmer ne perd rien de sa fierté même quand elle se trouve obligée d’aller la nuit, sur les parkings, pomper de l’essence dans les réservoirs des voitures en stationnement, quand elle resquille une douche dans un hôtel ou quand elle se réveille le matin, allongée sur la banquette arrière de sa voiture.

Louise Wimmer est déterminée. Elle sait parfaitement que pour le moment, la solution n’est ni dans les mains qu’on lui tend généreusement, ni dans l’apitoiement sur elle-même.

Elle sait que pour recommencer sa vie, il faudra trouver un commencement et ce commencement finira par arriver. Ce sera, au dix-septième étage d’une tour, un deux pièces où elle pourra trouver le second souffle pour continuer à lutter.

"Louise Wimmer" a créé la surprise au dernier festival de Venise. On a même dit de ce film, comme un compliment suprême, qu’il ne ressemblait pas à un film français mais à du cinéma américain indépendant !

Faisons-nous notre propre opinion et courons voir "Louise Wimmer" , sans attendre, dès sa sortie sur les écrans.

Francis Dubois

 

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)