Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Thierry Demaizière et Alban Teurlai (France)

« Lourdes » Sortie en salles le 8 mai 2019.

Les parois rocheuses de la grotte de Lourdes sont caressées par des dizaines de milliers de personnes chaque année. Ils y laissent l’empreinte de leurs rêves, de leurs attentes, de leurs espoirs et de leur dévotion à une vierge dont on soutient, documents à l’appui, qu’elle y a fait parfois des apparitions.

Thierry Demazière et Alban Teurlai (qui ne s’étaient jamais rendus à Lourdes avant la réalisation de leur documentaire) ont promené leur camera à l’occasion du grand rassemblement annuel et sont allés à la rencontre d’un certain nombre de pèlerins qui ont en commun leur croyance en la vierge, des fragilités diverses et un fond d’espérance même s’ils revendiquent dans la démarche de ce pèlerinage une autre attente que celle d’une guérison spectaculaire, de la disparition miraculeuse d’un handicap ou de l’éloignement d’une addiction.

Bien au-delà d’un film sur la foi, Thierry Demaizière et Alban Teurlai ont filmé Lourdes comme un grand théâtre anthropologique où se croisent des histoires qui, à des niveaux différents, sont toujours bouleversantes.

Des amis qui revenaient de Lourdes où ils s’étaient rendus comme hospitaliers et qui avaient du mal à le dire par peur des à-priori, leur avaient raconté leur expérience.

Leur récit a donné aux deux cinéastes l’idée d’un documentaire pour le cinéma d’autant plus qu’à ce jour aucun film de ce genre n’avait été réalisé même si le sujet avait donné lieu à des fictions ou à de nombreux reportages télévisés portant le plus souvent sur l’exploitation mercantile du phénomène.

Aucun film à ce jour n’avait été fait sur les pèlerins et sur le questionnement à propos des motivations profondes de cette foule ou sur ce que représente la vierge pour les participants assidus.

Le projet a reçu l’assentiment d’une maison de production à la condition de ne par porter sur l’événement un regard critique ou ironique.

« Lourdes  » réalisé par un agnostique et un athée n’est pas un film sur la religion mais une réalisation qui dépasse les limites de la foi même si la posture des intervenants, l’intensité de leur dévotion à la vierge, leur dévouement aux autres, renvoient le film à l’état d’un creuset d’humanité chargé des règles de la religion.

Le film suit une dizaine de personnes d’origine, de génération et de condition différentes, allant du travesti du Bois de Boulogne au militaire rigide en passant par des gitans, en passant par l’enfant souffrant d’une maladie rare confondant d’énergie et d’attention à l’autre.

« Lourdes  » met en scène une foule dont la posture et les propos conduisent à se poser différentes questions : « que viennent chercher ces gens, qu’attendent-ils en retour de gestes rituels tels que la caresse de la roche ou quand ils se plongent dans de ferventes prières » ?

Cinéma : Lourdes

Il y a les témoignages d’Isidore le travesti, de Jean atteint de la maladie de Charcot, de Céline souffrant d’épilepsie, d’une famille de gitans fidèles au rassemblement d’année en année, de Jean-Baptiste un enfant venu avec son père pour lui et pour son petit frère incapable de se déplacer ou de ce couple âgé modeste accompagnant leur fils en fauteuil roulant, victime d’un accident, tous unis dans le recueillement et l’entraide, dans ce même élan de ferveur et d’espoir...

Le film interroge plus qu’il ne renseigne sur le phénomène...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)