Autour du Jazz

« Low Down », Jean-Philippe Scali Le 36e dessous

Le saxophone baryton est un instrument qui reste méconnu. Pourtant de grands noms s’y attachent. Dans l’ordre d’apparition à l’écran de la vie : Harry Carney le fondateur, Pepper Adams, dit « The Knife », Serge Chaloff capable de tirer de cet instrument apparemment lourd des sons d’une mélancolie telle que les poils se hérissent et beaucoup d’autres. Et Gerry Mulligan ? A part, totalement à part. Entre ses lèvres le baryton se conjugue au féminin. Douceur voilée, violence cachée il ne se livre pas. Mulligan joue Mulligan. Le baryton s’était transformé. Mulligan donne une fausse image de l’instrument.

Jazz : Scali

Il fallait revenir aux fondamentaux – comme on dit bizarrement aujourd’hui pour à peu près n’importe quoi -, au son des profondeurs pour combattre l’hystérie d’un monde qui n’a plus conscience de ses racines. C’est le pari de Jean-Philippe Scali avec ce « Low Down » - qui se traduit aussi par 36e dessous ou avoir le blues, être dans les profondeurs de la déprime - dont les références se trouvent du côté de Pepper Adams ou de Hamiet Bluiett.

Il veut aussi retrouver le groove, une musique de danse qui n’oublie pas que le jazz d’aujourd’hui n’est pas celui de papa. Faire équipe avec Glenn Ferris, tromboniste virtuose aux multiples expériences – dont un séjour dans l’orchestre de Don Ellis – est une garantie. Lui aussi est susceptible de visiter les profondeurs, les bas-fonds d’une musique qui les revendique, les affirme. Des bas-fonds qui valent plus que toute l’hypocrisie des nantis et de cette « High Society » qui use et abuse du pouvoir. Une musique contre Trump et toute sa vulgarité.

Ce type de duo, saxophone baryton et trombone a des échos dans le temps. Pepper Adams s’était associé à Jimmy Knepper pour une catastrophe mineure – « Minor Catastrophe », titre de cet album signé Knepper-Pepper – devenu ici, par l’adjonction de Frédéric Nardin à l’orgue, au piano et au Fender Rhodes – un instrument bavard qu’il a su dompter - qui fournit l’aliment nécessaire aux deux souffleurs, de Samuel Hubert à la contrebasse et de Donald Kontomanou à la batterie une catastrophe majeure… pour la haine et la barbarie envahissante. Une musique de la fraternité.

Nicolas Béniès.

« Low Down », Jean-Philippe Scali featuring Glenn Ferris, Gaya Music/Socadisc.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Invitation au voyage »
    Il est des albums qui disent tout ce qu’il faut savoir sur la pochette : « The Greenwich Session by Luigi Grasso, Invitation au voyage. » Luigi Grasso est saxophoniste, arrangeur et chef d’orchestre... Lire la suite (19 septembre)
  • « The Window »
    Jazz, Immédiatement, en écoutant ce duo voix -Cecile McLorin Salvant-, piano -Sullivan Fortner- , j’ai pensé à Ella Fitzgerald/Ellis Larkins (un de ces pianistes qui brillent dans cet art singulier,... Lire la suite (19 septembre)
  • "Smart grid"
    Dans ce monde construit sur l’éphémère, le versant de l’accélération du temps, il est nécessaire, vital de se permettre d’entendre les murmures du temps, de revenir vers ses mémoires et ses filiations.... Lire la suite (16 septembre)
  • « Hommage à la musique de Miles »
    « Hommage à la musique de Miles » est un titre d’album qui suscite d’abord le rejet. Encore Miles, toujours Miles ! Le cordon ombilical est fait d’un bois dont on ne fait pas de flûtes. Même Alexandre... Lire la suite (7 septembre)
  • « Cinéma invisible »
    Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti, amateur de jazz et de cinéma, aimant les projets étranges, et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes... Lire la suite (6 septembre)