Autour du Jazz

« Low Down », Jean-Philippe Scali Le 36e dessous

Le saxophone baryton est un instrument qui reste méconnu. Pourtant de grands noms s’y attachent. Dans l’ordre d’apparition à l’écran de la vie : Harry Carney le fondateur, Pepper Adams, dit « The Knife », Serge Chaloff capable de tirer de cet instrument apparemment lourd des sons d’une mélancolie telle que les poils se hérissent et beaucoup d’autres. Et Gerry Mulligan ? A part, totalement à part. Entre ses lèvres le baryton se conjugue au féminin. Douceur voilée, violence cachée il ne se livre pas. Mulligan joue Mulligan. Le baryton s’était transformé. Mulligan donne une fausse image de l’instrument.

Jazz : Scali

Il fallait revenir aux fondamentaux – comme on dit bizarrement aujourd’hui pour à peu près n’importe quoi -, au son des profondeurs pour combattre l’hystérie d’un monde qui n’a plus conscience de ses racines. C’est le pari de Jean-Philippe Scali avec ce « Low Down » - qui se traduit aussi par 36e dessous ou avoir le blues, être dans les profondeurs de la déprime - dont les références se trouvent du côté de Pepper Adams ou de Hamiet Bluiett.

Il veut aussi retrouver le groove, une musique de danse qui n’oublie pas que le jazz d’aujourd’hui n’est pas celui de papa. Faire équipe avec Glenn Ferris, tromboniste virtuose aux multiples expériences – dont un séjour dans l’orchestre de Don Ellis – est une garantie. Lui aussi est susceptible de visiter les profondeurs, les bas-fonds d’une musique qui les revendique, les affirme. Des bas-fonds qui valent plus que toute l’hypocrisie des nantis et de cette « High Society » qui use et abuse du pouvoir. Une musique contre Trump et toute sa vulgarité.

Ce type de duo, saxophone baryton et trombone a des échos dans le temps. Pepper Adams s’était associé à Jimmy Knepper pour une catastrophe mineure – « Minor Catastrophe », titre de cet album signé Knepper-Pepper – devenu ici, par l’adjonction de Frédéric Nardin à l’orgue, au piano et au Fender Rhodes – un instrument bavard qu’il a su dompter - qui fournit l’aliment nécessaire aux deux souffleurs, de Samuel Hubert à la contrebasse et de Donald Kontomanou à la batterie une catastrophe majeure… pour la haine et la barbarie envahissante. Une musique de la fraternité.

Nicolas Béniès.

« Low Down », Jean-Philippe Scali featuring Glenn Ferris, Gaya Music/Socadisc.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Lucky Dog »
    Un quartet sans piano ? Une des réponses possibles, Gerry Mulligan avec Chet Baker ? Mais là, vous auriez tout faux. Pour ce qui est des références. Non pas que Yoann Loustalot, le trompettiste du... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « In-Pulse », Xavier Desandre Navarre
    Xavier Desandre Navarre est percussionniste et grand voyageur. Il a voulu construire une série d’images qu’il voudrait animées pour présenter son monde éclectique comme il se doit dans le contexte d’un... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « Un jardin pour Gardel », Antonio Placer, Jean-Marie Machado, Anthony Leroy
    Chanter des chansons d’amour, est-ce ringard ? Gardel, ce chanteur toulousain qui a fait carrière en Argentine en chantant des tangos, des blues à la sauce milonga reste présent pour des générations... Lire la suite (Décembre 2014)
  • « Live in concert », Manu Katché
    Manu Katché est batteur. On l’aurait oublié. Ce serait dommage. L’un des plus grands percussionnistes d’aujourd’hui. Plus que batteur. Il ne possède pas – ce n’est pas son « truc » - la pulsation... Lire la suite (Décembre 2014)
  • "Trane Steps ", Claire Michael
    Un album qui s’intitule « Trane Steps » laisse immédiatement un parfum fait de nostalgie, de force de ce génie jamais dépassé et d’inquiétude. Est-il possible d’évoquer Trane sans se renier, sans se... Lire la suite (Décembre 2014)