Autour du Jazz

« Low Down », Jean-Philippe Scali Le 36e dessous

Le saxophone baryton est un instrument qui reste méconnu. Pourtant de grands noms s’y attachent. Dans l’ordre d’apparition à l’écran de la vie : Harry Carney le fondateur, Pepper Adams, dit « The Knife », Serge Chaloff capable de tirer de cet instrument apparemment lourd des sons d’une mélancolie telle que les poils se hérissent et beaucoup d’autres. Et Gerry Mulligan ? A part, totalement à part. Entre ses lèvres le baryton se conjugue au féminin. Douceur voilée, violence cachée il ne se livre pas. Mulligan joue Mulligan. Le baryton s’était transformé. Mulligan donne une fausse image de l’instrument.

Jazz : Scali

Il fallait revenir aux fondamentaux – comme on dit bizarrement aujourd’hui pour à peu près n’importe quoi -, au son des profondeurs pour combattre l’hystérie d’un monde qui n’a plus conscience de ses racines. C’est le pari de Jean-Philippe Scali avec ce « Low Down » - qui se traduit aussi par 36e dessous ou avoir le blues, être dans les profondeurs de la déprime - dont les références se trouvent du côté de Pepper Adams ou de Hamiet Bluiett.

Il veut aussi retrouver le groove, une musique de danse qui n’oublie pas que le jazz d’aujourd’hui n’est pas celui de papa. Faire équipe avec Glenn Ferris, tromboniste virtuose aux multiples expériences – dont un séjour dans l’orchestre de Don Ellis – est une garantie. Lui aussi est susceptible de visiter les profondeurs, les bas-fonds d’une musique qui les revendique, les affirme. Des bas-fonds qui valent plus que toute l’hypocrisie des nantis et de cette « High Society » qui use et abuse du pouvoir. Une musique contre Trump et toute sa vulgarité.

Ce type de duo, saxophone baryton et trombone a des échos dans le temps. Pepper Adams s’était associé à Jimmy Knepper pour une catastrophe mineure – « Minor Catastrophe », titre de cet album signé Knepper-Pepper – devenu ici, par l’adjonction de Frédéric Nardin à l’orgue, au piano et au Fender Rhodes – un instrument bavard qu’il a su dompter - qui fournit l’aliment nécessaire aux deux souffleurs, de Samuel Hubert à la contrebasse et de Donald Kontomanou à la batterie une catastrophe majeure… pour la haine et la barbarie envahissante. Une musique de la fraternité.

Nicolas Béniès.

« Low Down », Jean-Philippe Scali featuring Glenn Ferris, Gaya Music/Socadisc.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Night Bus », Gary Brunton
    Le contrebassiste Gary Brunton, grand breton a rencontré, à Paris comme il se doit, le pianiste serbo-croate Bojan Zulfikarpasic au cours du CIM – disparus depuis. Le titre qui ouvre l’album, « 83... Lire la suite (4 mars)
  • « In-Pulse 2 », Xavier Desandre Navarre
    Xavier Desandre Navarre, percussionniste et un peu batteur, avait réussi un coup de maître avec un album intitulé sèchement et justement « In-Pulse ». Comme le titre l’indiquait clairement il fallait... Lire la suite (4 mars)
  • « The HeadShakers »
    Un groupe, lillois, qui a choisi comme nom « The HeadShakers » n’a pas le droit de démériter du funk, celui de James Brown, comme de rock, celui de Frank Zappa et doit se trouver des compagnons... Lire la suite (3 mars)
  • « Back to the roots », Ntoumos
    Dominic Ntoumos, trompettiste de jazz, grec et amateur de musique électro a voulu réunir toutes ses racines dans ce « Back to the roots ». Le bouzouki – Evangelos Tsiaples – apporte la touche... Lire la suite (2 mars)
  • « Toku in Paris »
    Toku, trompettiste et vocaliste, fait partie intégrante de la scène japonaise du jazz. Et, désormais de la scène française. Il s’était découvert en France par l’intermédiaire d’un album de Sarah Lancman,... Lire la suite (25 février)