Actualité théâtrale

Athénée. Théâtre Louis-Jouvet, partenaire Réduc’Snes jusqu’au 19 octobre 2013.

"Lucrèce Borgia", Texte de Victor Hugo Mise en scène Lucie Berelowitsch

Gennaro est orphelin. Il est prolétaire en ce sens qu’il ignore tout de ses origines. Il se définit par son innocence, son intégrité et son esprit chevaleresque.

Lucrèce Borgia est une femme de pouvoir dépravée et homicide qui, sa vie durant, s’est livrée aux ambitions de son père et de ses frères et dont les trois maris sont morts dans des circonstances qui prêteraient à croire qu’elle est intervenue sur leur destin.

Mais il y a en elle tout ce qui est caché, secret, ses crimes par le poison, et ce qui est avoué, le débordement d’amour qu’elle porte à Gennaro, jeune capitaine dont elle demande la grâce au roi, alors qu’il a reconnu avoir commis un crime de lèse-majesté.

Il y a, dans la pièce de Victor Hugo à la fois un langage très concret, quelquefois trivial, et une écriture beaucoup plus tragique et onirique.

La mise en scène de Lucie Berelowitsch privilégie la trivialité et le grotesque et laisse de côté le tragique et ce qui en découle, le pathétique et l’émotion.

Et c’est dommage car c’est sans doute sur ces deux tonalités d’écriture que la pièce devait fonctionner pour prendre tout son volume dramatique.

La mise en scène, la direction d’acteurs et la musique donnent un spectacle bruyant et mouvementé et la pièce est privée des ruptures de ton qui auraient été nécessaires et auraient donné un autre souffle au spectacle.

On a du mal à croire qu’un chorégraphe (et pas des moindres) Nasser Martin Gousset s’est chargé des mouvements de groupes. Est-ce le plateau réduit par un décor important qui est en cause, est-ce le nécessité pour les comédiens de se familiariser avec un espace nouveau pour eux (la pièce a été créée à Cherbourg et jouée au CDN de Montpellier) ? Ces moments paraissent brouillons et mal maîtrisés.

La distribution est inégale. Elle est homogène dans le sur-jeu, en pointillés pour certains, en continu pour d’autres et dans la force des voix.

Le spectacle reste cependant une lecture claire du texte de Victor Hugo et Marina Hands qui domine la distribution, remet souvent le spectacle sur le rail.

Francis Dubois

Athénée Théâtre Louis-Jouvet Square de l’Opéra Louis-Jouvet / 7, rue Boudreau 75 009.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 0153 05 19 19

www.athenee-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)