Actualité théâtrale

Athénée. Théâtre Louis-Jouvet, partenaire Réduc’Snes jusqu’au 19 octobre 2013.

"Lucrèce Borgia", Texte de Victor Hugo Mise en scène Lucie Berelowitsch

Gennaro est orphelin. Il est prolétaire en ce sens qu’il ignore tout de ses origines. Il se définit par son innocence, son intégrité et son esprit chevaleresque.

Lucrèce Borgia est une femme de pouvoir dépravée et homicide qui, sa vie durant, s’est livrée aux ambitions de son père et de ses frères et dont les trois maris sont morts dans des circonstances qui prêteraient à croire qu’elle est intervenue sur leur destin.

Mais il y a en elle tout ce qui est caché, secret, ses crimes par le poison, et ce qui est avoué, le débordement d’amour qu’elle porte à Gennaro, jeune capitaine dont elle demande la grâce au roi, alors qu’il a reconnu avoir commis un crime de lèse-majesté.

Il y a, dans la pièce de Victor Hugo à la fois un langage très concret, quelquefois trivial, et une écriture beaucoup plus tragique et onirique.

La mise en scène de Lucie Berelowitsch privilégie la trivialité et le grotesque et laisse de côté le tragique et ce qui en découle, le pathétique et l’émotion.

Et c’est dommage car c’est sans doute sur ces deux tonalités d’écriture que la pièce devait fonctionner pour prendre tout son volume dramatique.

La mise en scène, la direction d’acteurs et la musique donnent un spectacle bruyant et mouvementé et la pièce est privée des ruptures de ton qui auraient été nécessaires et auraient donné un autre souffle au spectacle.

On a du mal à croire qu’un chorégraphe (et pas des moindres) Nasser Martin Gousset s’est chargé des mouvements de groupes. Est-ce le plateau réduit par un décor important qui est en cause, est-ce le nécessité pour les comédiens de se familiariser avec un espace nouveau pour eux (la pièce a été créée à Cherbourg et jouée au CDN de Montpellier) ? Ces moments paraissent brouillons et mal maîtrisés.

La distribution est inégale. Elle est homogène dans le sur-jeu, en pointillés pour certains, en continu pour d’autres et dans la force des voix.

Le spectacle reste cependant une lecture claire du texte de Victor Hugo et Marina Hands qui domine la distribution, remet souvent le spectacle sur le rail.

Francis Dubois

Athénée Théâtre Louis-Jouvet Square de l’Opéra Louis-Jouvet / 7, rue Boudreau 75 009.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 0153 05 19 19

www.athenee-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)