Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jean-Gabriel Périot (France-Japon)

« Lumières d’été » Sortie en salles le 16 août 2017.

Akihiro, réalisateur japonais vivant en France, se rend à Hiroshima avec le projet d’interviewer des survivants de la bombe atomique.

Bouleversé par les témoignages poignants qu’il a recueillis, il s’accorde un temps de pause. C’est au cours de ce moment de détente qu’ il fait la connaissance d’une jeune fille joyeuse et ivre de vie.

Emporté par l’enthousiasme et la gaîté de Michiko, il lui propose un voyage à travers la ville jusqu’à la mer.

En 2006, Jean-Gabriel Périot passe l’été à Hiroshima pour les besoin de son court-métrage «  200 000 fantômes  », un documentaire autour de la mémoire de la bombe.

Depuis, chaque année, il retourne au Japon, et le plus souvent à Hiroshima qui fait désormais partie de sa géographie personnelle.

Cinéma : Lumières d'été

« Lumières d’été » est né du désir de se confronter une fois de plus à l’histoire tragique de la ville mais cette fois, par le biais d’une fiction dont le support narratif proviendrait de la leçon tirée des témoignages recueillis, de la philosophie des survivants, des révélations de ces hommes et de ces femmes qui ont été confrontés à l’un des pires drames de l’histoire humaine.

Désormais, ces « miraculés » portent une attention particulière à la vie dont ils considèrent chaque instant comme un cadeau.

Dans le film, le personnage principal rencontre sans s’en douter, le fantôme d’une victime de la bombe.

Un fantôme qui, par sa joie de vivre, la simplicité à percevoir la vie, va le débarrasser de ce qui l’entrave et l’amener à faire l’expérience de ce qui pourrait être voisin du bonheur.

Au Japon, les fantômes peuvent faire partie de la vie quotidienne .

Ainsi, lors de la fête annuelle d’Obon, on dit qu’ils rejoignent leurs familles le temps d’une soirée et partout dans le pays, dans les villages et les quartiers, les fêtes sont organisées pour que vivants et morts dansent ensemble. Et le film de Jean-Gabriel Périot se passe précisément le jour d’Obon.

« Lumière d’été  » est un film sur l’Hiroshima d’aujourd’hui et cela, même si le récit est métaphorique, avec ici et là des digressions hors du réel.

C’est un film hybride puisqu’il s’ouvre sur une séquence d’interview pour documentaire, qu’il se poursuit en fiction tout en flirtant avec le fantastique.

Le fantôme est une métaphore d’un processus mémorial et c’est avec virtuosité que dans son récit, Jean-Gabriel Périot associe deux intentions contradictoires : ne jamais oublier le passé mais en même temps ne jamais s’y laisser enfermer.

Avec le personnage de Michiko, joyeux et fervent de la vie, le charme de la rencontre de deux êtres en attente prêts à donner à l’autre le meilleur d’eux-mêmes et le drame d’Hiroshima toujours présent, le film alterne les séquences légères et d’ autres plus douloureuses.

De sorte que, « Lumière d’été » trace une ligne narrative où l’on passe de ce que la vie peut réserver de plus terrible à ce qu’elle peut avoir de plus lumineux.

Jean-Gabriel Périot n’est pas japonais. Mais, en amoureux de ce pays et de son histoire, son film extrêmement documenté, s’adresse aussi bien à un public local qu’à un public extérieur.

Envoûtant et tendre...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)