Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Elise Otzenberger (France)

« Lune de miel » Sortie en salles le 12 juin 2019.

Anne et Adam, un jeune couple de parisiens tous deux d’origine juive polonaise, ont décidé de répondre à une invitation qu’ils ont reçue pour assister à la commémoration du soixante quinzième anniversaire de la destruction de la communauté juive du village dont le grand père d’Adam était originaire. Si Adam est peu enthousiaste à l’idée de ce voyage, Anna est surexcitée à l’idée de découvrir cette terre qui est aussi celle de sa grand mère.

Les voilà partis à la recherche de leurs origines dans un voyage plein de surprises durant lequel ils ne trouveront pas exactement ce qu’ils étaient venus chercher.

Cinéma : Lune de miel

Elise Otzenberger avait effectué à Zgierz petite ville de centre de la Pologne dont étaient originaires ses aïeux, un séjour qui l’a marqué au point qu’au moment de choisir le sujet du premier film qu’elle réaliserait, c’est vers cet épisode de sa vie qu’elle s’est tournée.

La date de la commémoration à laquelle elle fut conviée tombait trois semaines après celle de son mariage. Elle s’y est donc rendue avec son mari et cette coïncidence explique le titre du film.

Longtemps pendant le temps de l’écriture, Elise Otzenberger a voulu rester la plus fidèle possible au déroulement du voyage qu’elle avait effectué à Zgierz mais elle a été poussée par la force du cinéma à y introduire des éléments de pure fiction.

La trame de «  Lune de miel  » est celle d’une comédie et même si le résultat final se veut largement teintée d’émotion, elle devait répondre aux codes du genre.

Et si, en dépit d’une indéniable sincérité de ton, le film d’Elise Ortzenberger a quelque peine à trouver le rythme qui conviendrait pour faire face à la fois au divertissement et à la gravité du sujet, il doit plus aux personnages annexes de l’histoire qu’à celle du couple et plus encore celle d’Anna dont la cinéaste a voulu faire son personnage central et que Judith Chemla, en roue libre, abîme par une interprétation très « inspirée » qui se veut à la fois loufoque et à fleur de peau, mais qui le plus souvent, tombe à plat.

Si Arthur Igual (un nouveau venu au cinéma repéré en 2017 dans «  Jours de France  » et dont le nom est à retenir) reste légèrement en retrait et tire son épingle du jeu, Brigitte Rouan qui interprète la mère d’Anna illumine, à chacune de ses apparitions, le film qui doit beaucoup, même s’ils composent des personnages très épisodiques, à André Wilms, Isabelle Candelier et Antoine Chappey.

Cependant, malgré ces réserves, le sujet central du film est sauf et ce pèlerinage même s’il est hésitant, ce retour aux sources remplit son contrat en levant le voile sur ces non-dits reconduits, ces silences qui cherchaient sans doute à protéger ceux qui étaient revenus des camps, à se protéger eux-mêmes et à mieux s’intégrer à la société du pays d’accueil.

La résolution du malentendu entre la mère et la fille sert de conclusion à cette histoire qui, même si elle est traitée avec certaines maladresses, garde son pouvoir de mémoire et sa force.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)