Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Idana Uricaru (Roumanie)

« Lune de miel » Sortie en salles le 13 mars 2019.

Mara, une mère célibataire d’origine roumaine est infirmière dans un hôpital aux États-Unis.

Son visa temporaire est sur le point d’expirer. Dans le but de régulariser sa situation, elle a épousé Daniel, un de ses patients auprès duquel elle mène une existence tranquille. Des complications administratives l’ont cependant parfois conduite à composer avec des fonctionnaires peu scrupuleux. Quand elle sera amenée à révéler à Daniel, dans un souci d’honnêteté, les actes auxquels elle s’est prêtée pour obtenir la régularisation de ses papiers, celui-ci réagit avec violence et par une fin de non recevoir définitive.

Mara, blessée par la rupture pourra se dire qu’elle a agi avec honnêteté et pour le bien et l’avenir de son petit garçon....

Née dans la Roumanie totalitaire de Ceaucescu, Idana Uricari émigre aux États-Unis où elle réalise en 2005 son premier court métrage «  Who loves the sun  ». Suivront «  Schattenkind  » en 2006 et « The sun and the moon  » qui sera présenté au Festival de « l’American film Institute », dans de nombreux festivals européens dont le festival international du films de femmes de Créteil en mars 2009.

« Lune de miel  » lui a été inspirée par sa vie d’immigrée aux États-Unis.

Au départ, le projet reposait uniquement sur le sujet de l’immigration mais avec le mouvement « Me too » et le scandale Weinstein, le film traite un sujet devenu sensible, celui de la condition de la femme.

Cinéma : Lune de miel

« Lune de miel » dont le titre est une allusion ironique entre ce que l’on souhaite et la réalité, qu’il s’agisse d’immigration ou de mariage, est un film sur un combat, une lutte à laquelle se livre une femme, à la fois pour offrir un avenir à son enfant afin qu’il connaisse une vie meilleure que la sienne et pour maintenir la stabilité de son union avec l’homme qu’elle aime.

Ses projets sont-ils trop demander ? Les circonstances vont l’obliger à faire un choix entre ses deux vœux. Et ses qualités morales, son honnêteté, son intégrité ne seront pas une garantie suffisante pour que la vie lui offre l’aboutissement de l’un et de l’autre de ses souhaits essentiels.

« Lune de miel  » n’a d’autre destination que de rendre compte des difficultés de Mara à trouver la place qui lui permette de vivre sa vie de femme dans un pays étranger qu’elle a choisi et à donner toutes les chances de réussite dans la vie de son jeune garçon.

Mara est un personnage de femme digne, modeste et fière et le regard qu’Idana Uricari porte sur son personnage échappe à tout épanchement ou émotion excessive.

Un belle maîtrise de la mise en scène. Un beau travail de construction et une interprétation toute en nuances.

Une œuvre solide.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)
  • « Perdrix »
    Pierre Perdrix est la capitaine de gendarmerie d’une petite ville de l’est de la France. Il coulait des jours calmes auprès de sa brigade jusqu’à ce qu’arrive dans sa vie l’impétueuse et insaisissable... Lire la suite (15 août)
  • « Paris est toujours Paris »
    Coproduction franco-italienne où les deux pays intervenaient à égalité, ce qui est rare, le film de Luciano Emmer réalisé en 1951 a bénéficié d’une belle restauration et sortira sur les écrans le 14 août.... Lire la suite (12 août)
  • « Ricordi ? »
    Elle et lui se sont rencontrés à une fête, se sont tout de suite aimés et promis un amour sans failles. C’est une belle et grande histoire d’amour qui se raconte après coup, à travers les souvenirs... Lire la suite (30 juillet)
  • « Halte »
    C’est par hasard, en assistant à une scène de rue qui réunissait un groupe de personnes écoutant attentivement et respectueusement un « Socrate » en la personne d’un vieil homme qui en présentait toutes... Lire la suite (29 juillet)