Réforme Blanquer du lycée

Lycée Blanquer, le "libre choix", vous y avez cru ? Halte aux "bobards" !

A l’échelle des académies, la préparation de la rentrée se révèle périlleuse compte tenu du niveau très élevé des suppressions de postes, et témoigne de l’écart entre les discours ministériels et la réalité. Jamais la liberté de choix du " parcours " de l’élève n’a été si contrainte. Les analyses et le tract "Liberté de choix, vous y avez cru ?" sont ci-dessous !

Dans une note adressée aux recteurs le 6 mars dernier, le ministère institutionnalise le principe du contingentement pour les spécialités de la voie générale demandées en dehors de l’établissement d’origine.
Cette information est cruciale pour ce qui concerne l’orientation des élèves de Seconde. N’hésitons pas à informer le plus largement possible pour contrer une communication ministérielle mensongère !

affichette-libre-choix

Du contingentement à la sélection
Les rectorats doivent dès maintenant repérer les situations locales de " saturation " pour chaque enseignement. Sauf cas particulier, le choix de spécialités pour la Première générale, et a fortiori celui des options pour la Seconde, ne constitue pas un motif de dérogation pour l’inscription en lycée.
Une commission départementale sera chargée d’examiner les dossiers de candidature pour les spécialités n’existant pas dans le lycée d’inscription de l’élève, en particulier celles estampillées " rares " (LCA, Arts, LLCE hors anglais, NSI, SI …). Avis de conseil de classe, notes, projet de poursuite d’études… Les critères de l’examen des dossiers s’apparentent clairement à une sélection en fonction des capacités d’accueil.

Liberté surveillée
Selon les lycées, on assiste localement à des interprétations variables de l’économie de la réforme. Pour les uns, le choix des spécialités s’affiche comme totalement libre, pour les autres, les appariements sont obligatoires. La contrainte des emplois du temps va, de toute manière, se révéler déterminante dans la capacité des établissements à offrir la diversité promise de "parcours". Au vu des attendus plus ou moins officiels des formations supérieures, ces choix contraints de fin de seconde ne peuvent qu’inquiéter car ils risquent de peser lourdement dans les possibilités de poursuite d’études.
Toutes les sources réglementaires et les analyses sont à lire dans l’article qui répond dans le détail à la question : Liberté de choix ? Dans la limite des places disponibles...

affichette-libre-choix

Autres articles de la rubrique Réforme Blanquer du lycée

  • Session 2021 Sous le feu du contrôle continu
    Avec l’annulation des épreuves écrites et orales de français, de la seconde session des épreuves de contrôle continu, le ministère a fait le choix d’étendre les principes qui organisent la session 2020 à... Lire la suite (21 juin)
  • La session de tous les dangers
    Ce 27 mai sont parus au Journal officiel le décret et l’arrêté organisant le cadre de la session 2020 du baccalauréat général et technologique. Ces textes avaient été présentés le 11 mai dernier en... Lire la suite (21 juin)
  • Bac session 2020, mode d’emploi !
    Après des semaines d’informations parcellaires et parfois contradictoires, le ministère de l’éducation nationale vient enfin de finaliser la note de service formalisant la procédure du bac au contrôle... Lire la suite (1er juin)
  • La fabrication de la note de livret scolaire
    Bien difficile de se retrouver dans les messages contradictoires du ministère concernant la note de contrôle continu ! Alors que le ministère est toujours incapable de tenir un discours clair, la... Lire la suite (18 mai)
  • "Grand oral", le règne du simulacre
    Il aura fallu attendre ce mois de février pour entrevoir ce que sera le Grand oral, épreuve angulaire du bac Blanquer selon son concepteur et ses thuriféraires. Et une fois de plus, l’incohérence... Lire la suite (9 mars)

Dans la rubrique Lycée et post-bac