US 772 du 31 août 2017

Lycée : des « prérequis » pour l’affectation post-bac à la réforme du Bac !

Quand la ministre de l’Enseignement supérieur annonce une réforme d’ampleur des affectations post-bac pour la fin octobre, le ministre de l’Éducation nationale prévoit en écho le démarrage d’une concertation afin de disposer au début de l’année 2018 de conclusions pour une réforme du baccalauréat.

Discussions autour des prérequis pour l’une, transformation du baccalauréat pour une « évolution progressive du lycée » pour l’autre, le programme de la rentrée est chargé !
Les ministres rivalisent de propositions qui laissent entrevoir une mutation profonde de l’organisation des enseignements et des examens au lycée, l’ensemble étant associé de fait à la fin du principe de libre-choix de la formation universitaire. Faute de places et pour éviter le tirage au sort, les universités auraient dès l’année prochaine la possibilité de préciser les prérequis nécessaires à l’inscription.

Le masque de la sélection

Même si la ministre de l’Enseignement supérieur dit se refuser à toute sélection brutale, ces prérequis risquent fort de ressembler à la définition de profils suffisamment étroits pour exclure une partie non négligeable de bacheliers.
Quelques universités ont pu proposer une entrée de droit pour certains types de baccalauréat ou bien une admission sur dossier. Les autres ont évoqué un bonus attribué en fonction des options ou spécialités suivies au lycée, voire la prise en compte des activités extra­scolaires, de la motivation et du projet professionnel. Par ailleurs, il est d’ores et déjà prévu de travailler à l’orientation des bacheliers technologiques et professionnels sous l’angle du développement des filières courtes et de l’apprentissage. Sous la bannière du pragmatisme se cacherait donc la sélection.

Nouveau cadre

En parallèle, le ministre de l’Éducation nationale voit un baccalauréat réformé pour 2021 dans l’optique d’un gain de temps au mois de juin ainsi qu’un lycée repensé avec une offre d’options mutualisées entre établissements, et éventuellement l’Université, le tout articulé à des adaptations de programmes. C’est dans ce nouveau cadre qu’il faudrait désormais envisager les nouvelles modalités d’orientation post-bac bien proches de la gestion de flux sous couvert d’individualisation des parcours... Le lycéen serait libre de choisir mais pas trop...

Claire Guéville

Autres articles de la rubrique US 772 du 31 août 2017

  • Nos services
    Nos obligations de service sont fixées par le décret 2014-940. Sans constituer la nécessaire réduction du temps de travail pour tous revendiquée par le SNES-FSU, ce décret reprend les éléments... Lire la suite (14 septembre)
  • Voie technologique du lycée
    Dans les séries technologiques, en dépit de la publication du rapport de l’inspection générale qui constate que la réforme n’a pas permis de se rapprocher des objectifs qui l’avaient légitimée,... Lire la suite (14 septembre)
  • Lycée général
    Les déclarations sur une réforme du bac se multiplient à la faveur de la crise des affectations post-bac et du nouveau contexte politique. À l’issue du troisième tour d’APB, mi-juillet, 87 000... Lire la suite (14 septembre)
  • APB : goulet d’étranglement...
    Au début du processus d’admission post-bac, 808 740 candidats (dont 75 % d’élèves de Terminale) avaient formulé au moins un vœu. À l’issue du troisième tour d’APB, mi-juillet, presque 10 % des demandeurs... Lire la suite (14 septembre)
  • Crise des affectations post-bac : effet d’aubaine
    Au moins 11 000 candidats auraient rejoint l’enseignement privé, ou bien renoncé à poursuivre des études au cours de l’été. La situation est une véritable opportunité pour des formations privées, aux... Lire la suite (14 septembre)