US Magazine 778 du 12 mai 2018

Lycée : des programmes orientés

À LA DEMANDE DU MINISTRE, le Conseil supérieur des programmes (CSP) vient de lui remettre une note d’analyses et de propositions sur les programmes du lycée et sur les épreuves du baccalauréat, disponible sur le site du CSP.

On aurait pu attendre une réflexion de fond sur la nécessaire démocratisation du lycée et sur la construction d’une culture commune émancipatrice. Cette note est en réalité plutôt une mise en musique des réformes ministérielles et assure en quelque sorte leur « service après-vente ». Plusieurs passages sont consacrés à la défense des réformes du lycée et du baccalauréat, cadre justifiant selon le CSP une refonte d’ampleur des programmes et des modalités d’évaluation avec une part de contrôle continu.

Qui doit faire quoi !

La note montre une approche fondée sur une hiérarchie des disciplines. Elle prône le « retour aux fondamentaux », fait l’éloge de la dissertation, et porte une conception de l’évaluation réduite aux savoirs et aux méthodes sans en même temps évoquer la capacité à élaborer une réflexion, à comparer des documents ou à mettre en relation des savoirs.

Elle donne même des indications sur les répartitions horaires entre disciplines et sur les enseignants qui pourront intervenir dans tel ou tel enseignement...

Des délais inquiétants

Concernant les propositions sur les programmes, certaines sont portées par les collègues et rappelées dans le bilan que le SNES-FSU a élaboré (voir www.snes.edu/Bilan-des-programmes-du-lycee-Mai-2018.html). Pose en particulier problème la lourdeur de certains programmes.

Le SNES-FSU s’inquiète du tempo imposé aux groupes d’élaboration des projets de programmes (GEPP) qui doivent rédiger les textes d’ici le mois d’octobre. Quelle qualité en attendre dans un tel contexte ? Quel pilotage politique des contenus ? Quelle marge de discussion des préconi­sations de la note ?

Sur tous ces points, le SNES-FSU demande de la transparence et en particulier que la composition des GEPP soit rendue publique, comme le prévoit la Charte des programmes.

Sandrine Charrier

Autres articles de la rubrique US Magazine 778 du 12 mai 2018

  • Lycée : refus collectif de la réforme
    Dix-sept organisations syndicales et associations lancent un appel Pour une autre réforme du lycée et pour construire une véritable culture commune. Déstructuration de la voie générale et mise à... Lire la suite (24 mai)
  • Lycée Blanquer : combien de postes en moins ?
    La réforme du lycée s’inscrit dans l’objectif présidentiel de 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires. Dans les établissements, la facture s’annonce lourde. « La réforme n’est pas faite pour... Lire la suite (24 mai)
  • Parcoursup : vent de panique sur les rectorats
    PARCOURSUP : VENT DE PANIQUE SUR LES RECTORATS À quelques jours des résultats tant attendus de Parcoursup, les rectorats s’affairent, chacun à sa manière, pour parer aux interrogations légitimes... Lire la suite (24 mai)
  • Parcoursup : droit dans le mur
    Délais rallongés, recrutement sur profil, arbitraire... la liste des défauts de Parcoursup s’allonge. Alors que les premières propositions seront annoncées cette semaine aux élèves de Terminale, les... Lire la suite (24 mai)
  • Les rendez-vous de l’histoire - Blois 2018
    Le stage national du groupe histoire-géographie, dans le cadre des XXIes Rendez-vous de ­l’Histoire à Blois, aura lieu du 11 au 13 octobre 2018. Ce stage propose à la fois des réunions entre collègues... Lire la suite (24 mai)