Actualité théâtrale

Théâtre Petit Hebertot

"Ma Sagan" Adaptation Prune Lichtlé, mise en scène Daniel Berlioux

Françoise Sagan n’a jamais voulu entendre parler d’une autobiographie. En guise de quoi, elle a publié deux recueils "Réponses" et "Répliques" où elle interroge, s’interroge et où avec humour, elle dévoile d’elle, ce qu’elle veut bien en dire.

Ce n’était pas une mauvaise idée que d’adapter ces deux textes pour la scène en extrayant de l’ensemble, les sentiments de l’écrivain sur le travail, la paresse, ses relations aux autres, ses idées sur la mode, sur l’alcool, l’argent, le jeu et son irrépressible besoin de dépenser toujours un peu plus que ce qu’elle gagnait.

Le texte qu’en a extrait Prune Lichtlé donne un aperçu de ce qu’était Françoise Sagan à partir d’un humour toujours ciblé, du sens de la formule et de celui de la répartie qui faisaient la saveur de ses interviews.

La première erreur que commet Prune Lichtlé est dans le choix du titre avec ce "Ma" qui crée une familiarité que Sagan la sauvage, l’"incaptive", aurait désavoué. On ne s’accapara pas Sagan, on ne la fait pas sienne.

La deuxième erreur est d’avoir elle-même joué le texte. Ce n’est pas le talent de la comédienne qui est en cause. C’est que même si elle ne l’interprète pas, elle est tellement peu le personnage, tellement éloignée de Sagan que les meilleures intentions tombent à l’eau.

Comment peut-on concevoir dans la bouche de cette comédienne du genre gouailleuse, que les rondeurs dirigeraient plutôt vers l’emploi de soubrette de Molière ou celui d’une héroïne de Feydeau où elle excellerait, les répliques ciselées et incisives de Sagan qu’elle accompagnait parfois d’une amorce de sourire inimitable.

Or, à la place, nous avons des mimiques appuyées, insistantes, des postures et des pas de danse grotesques sur le Concerto de Brahms en référence sans doute au quatrième roman de Sagan adapté au cinéma par Anatole Litvak et surtout cet insupportable et incessant surlignage de la drôlerie ou de la gravité du texte.

Jamais Sagan, femme intelligente à l’œil pétillant, ne faisait de grimaces .

Francis Dubois

Théâtre Petit Hebertot 78 bis Boulevard des Batignolles 75 017 Paris

Pour toute réservation se réclamer du Snes et de cet article car demande de partenariat Réduc’snes en cours : 01 42 93 13 04 / www.petithebertot.fr

A l’issue des représentations des 3 , 4 et 5 décembre,
Denis WESTHOFF sera présent avec un livre de sa mère, Françoise SAGAN,
« UN MATIN POUR LA VIE ET AUTRES MUSIQUES DE SCENE » (Ed. Stock), commportant 4 nouvelles inédites (venant s’ajouter à l’édition initiale du livre titré "Musiques de scènes", sorti en 1981, chez Flammarion).

SPECTACLE + LIVRE pouvant être accompagné d’un mot de Denis WESTHOFF : TARIF UNIQUE : 30 €
Ph. L.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)