Actualité théâtrale

Théâtre Petit Hebertot

"Ma Sagan" Adaptation Prune Lichtlé, mise en scène Daniel Berlioux

Françoise Sagan n’a jamais voulu entendre parler d’une autobiographie. En guise de quoi, elle a publié deux recueils "Réponses" et "Répliques" où elle interroge, s’interroge et où avec humour, elle dévoile d’elle, ce qu’elle veut bien en dire.

Ce n’était pas une mauvaise idée que d’adapter ces deux textes pour la scène en extrayant de l’ensemble, les sentiments de l’écrivain sur le travail, la paresse, ses relations aux autres, ses idées sur la mode, sur l’alcool, l’argent, le jeu et son irrépressible besoin de dépenser toujours un peu plus que ce qu’elle gagnait.

Le texte qu’en a extrait Prune Lichtlé donne un aperçu de ce qu’était Françoise Sagan à partir d’un humour toujours ciblé, du sens de la formule et de celui de la répartie qui faisaient la saveur de ses interviews.

La première erreur que commet Prune Lichtlé est dans le choix du titre avec ce "Ma" qui crée une familiarité que Sagan la sauvage, l’"incaptive", aurait désavoué. On ne s’accapara pas Sagan, on ne la fait pas sienne.

La deuxième erreur est d’avoir elle-même joué le texte. Ce n’est pas le talent de la comédienne qui est en cause. C’est que même si elle ne l’interprète pas, elle est tellement peu le personnage, tellement éloignée de Sagan que les meilleures intentions tombent à l’eau.

Comment peut-on concevoir dans la bouche de cette comédienne du genre gouailleuse, que les rondeurs dirigeraient plutôt vers l’emploi de soubrette de Molière ou celui d’une héroïne de Feydeau où elle excellerait, les répliques ciselées et incisives de Sagan qu’elle accompagnait parfois d’une amorce de sourire inimitable.

Or, à la place, nous avons des mimiques appuyées, insistantes, des postures et des pas de danse grotesques sur le Concerto de Brahms en référence sans doute au quatrième roman de Sagan adapté au cinéma par Anatole Litvak et surtout cet insupportable et incessant surlignage de la drôlerie ou de la gravité du texte.

Jamais Sagan, femme intelligente à l’œil pétillant, ne faisait de grimaces .

Francis Dubois

Théâtre Petit Hebertot 78 bis Boulevard des Batignolles 75 017 Paris

Pour toute réservation se réclamer du Snes et de cet article car demande de partenariat Réduc’snes en cours : 01 42 93 13 04 / www.petithebertot.fr

A l’issue des représentations des 3 , 4 et 5 décembre,
Denis WESTHOFF sera présent avec un livre de sa mère, Françoise SAGAN,
« UN MATIN POUR LA VIE ET AUTRES MUSIQUES DE SCENE » (Ed. Stock), commportant 4 nouvelles inédites (venant s’ajouter à l’édition initiale du livre titré "Musiques de scènes", sorti en 1981, chez Flammarion).

SPECTACLE + LIVRE pouvant être accompagné d’un mot de Denis WESTHOFF : TARIF UNIQUE : 30 €
Ph. L.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)