Actualité théâtrale

« Macbeth » Théâtre de l’Opprimé, jusqu’au 3 mai

Mettre en scène « Macbeth  », une tragédie du cauchemar, avec ses personnages fantastiques, son atmosphère de surnaturel, ses maléfices dans un petit théâtre avec un décor très réduit apparaît comme une gageure que Serge Poncelet relève avec brio. Le couple maléfique, les sœurs fatales, augures aux annonces ambiguës, les personnages légendaires peu à peu assassinés évoluent dans une ambiance nocturne, cauchemardesque, où les fumées ne parviennent pas à cacher les meurtres et les terreurs. Réduite à une durée d’une heure cinquante, la pièce se concentre sur Macbeth, ce personnage ambitieux mais sans envergure, que sa crédulité face aux prédictions des sœurs fatales et l’ambition de sa femme poussent à un premier crime, celui du roi. Mais ce premier crime en entraînera bien d’autres, jusqu’au plus ignoble, celui de l’enfant de Macduff, en passant par celui de son ami Banquo à qui l’on a prédit que sa descendance régnerait.
Nourris des influences du Nô et du Kabuki, mais aussi des brumes angoissantes du cinéma expressionniste, les décors et les costumes (très belle création de Marie Odin) ne sont pas sans rappeler les créations d’Ariane Mnouchkine, avec qui Serge Poncelet a travaillé à La Cartoucherie, et l’adaptation de « Macbeth » qu’avait fait Akira Kurosawa dans le Château de l’araignée. Il y a peu d’accessoires, mais ce sont les éclairages et l’univers sonore qui accentuent le contraste clair-obscur, les ombres inquiétantes, les couleurs sombres et le surgissement du rouge lors des meurtres. Quelques branches suffisent à faire avancer la forêt vers le château et signer ainsi la perte de Macbeth. Les sept acteurs arrivent à faire vivre la trentaine de personnages que compte la pièce. Serge Poncelet joue Macbeth et restitue bien ce personnage d’ambitieux entraîné dans une spirale de meurtres par sa terreur de perdre le pouvoir. Quant à Eirin Marlène Forsberg elle donne à Lady Macbeth la détermination de l’ambitieuse prête à tout puis la fait basculer dans le tragique. L’horreur et la présence des forces surnaturelles, le poids du destin et la part de monstruosité de l’homme, tout cela est présent dans cette représentation réussie.
Micheline Rousselet

Théâtre de l’Opprimé
78 rue du Charolais, 75012 Paris
Mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 20h30, dimanche à 17h, samedi 2 mai à 15h.
Réservations : 01 43 40 44 44

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)