Actualité théâtrale

Jusqu’au 20 mai au Théâtre Poche-Montparnasse

« Madame Marguerite »

Curieuse institutrice que cette Madame Marguerite, qui insiste sur son nom, l’écrit au tableau tout comme un certain nombre de sentences sur la vie, la mort, le sexe pour qu’elles s’inscrivent dans l’esprit de ses élèves et il n’est pas question qu’ils les oublient ! Ces élèves, elle les secoue ! Dictatoriale et originale, elle veut leur apprendre des choses essentielles sur la vie, de celles que l’école oublie dans ses programmes. Son cours est tout à fait foutraque, elle mêle à une grande lucidité, l’absurde, le cynisme, la farce et le tragique. Son propos frôle parfois la folie et paraît tout à fait décalé. Elle est hors-norme, elle fait sourire mais elle interroge aussi.

Théâtre : Madame Marguerite

Le texte de la pièce a été écrit par un Brésilien, Roberto Athayde en 1970, dans la période de dictature militaire qui a suivi le coup d’état de 1964 et s’est poursuivie jusqu’en 1985. Cela éclaire la pièce d’une façon qui dépasse une interprétation au premier degré où on se contenterait de voir le portrait d’une originale un peu névrosée. La pièce a été rendue célèbre par Annie Girardot qui l’a créée en 1974 et l’a portée très longtemps. L’actrice Stéphanie Bataille et la metteuse en scène Anne Bouvier ont décidé, avec l’accord de l’auteur, de la reprendre. Et le résultat est magnifique.

Devant un grand tableau noir Stéphanie Bataille arrive en tenue stricte, pantalon noir et chemisier blanc. Elle nous regarde à l’affût du moindre bruit, nous renvoyant à un état d’élève, range de façon maniaque ses crayons. Puis elle commence à parler, couvre le tableau de mots et de dessins qui doivent s’inscrire dans les mémoires. Elle se retourne brusquement et régulièrement pour nous scruter d’un air inquisiteur. Grande, l’actrice impressionne. Elle insiste sur le rôle de l’éducation mais n’hésite pas à franchir les limites de la bienséance et de la morale. Tel un dictateur elle débite d’un air impérieux des propos qui cassent les codes sociaux. Elle passe de la raideur de l’institutrice vantant les vertus de l’obéissance, au grain de folie du personnage, qui met les pieds sur la table, n’hésite pas à dire des grossièretés et rappelle aux élèves qu’ils vont tous mourir ! Elle s’agite dans l’urgence de ce qu’elle veut transmettre. Puis elle lâche prise et devient bouleversante. On aurait pu la voir Place de la République pour Nuit debout. Elle nous bouscule, elle nous réveille. Elle est formidable.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)