Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Raphaël Confiant

"Madame St-Clair, reine de Harlem"

Fille d’une matrone débrouillarde et autoritaire, puis servante chez des Créoles blancs dont le fils lui fera connaître les dites "amours ancillaires" sans amour aucun, vagabonde à Fort-de-France où une sorcière étêtée lui prédit un avenir brillant, puis amoureuse rêveuse à Marseille, Stéphanie St-Clair commence sa vie de misère sous des auspices bien peu généreuses... Mais l’arrivée à New York, pays des aspirants à la réussite, lui fera sortir ses griffes et son mauvais caractère. Comment s’en sortir quand on est femme, Noire et que l’anglais reste imprononçable (notamment les "th") ? Et bien, on émascule les bandits qui veulent nous en conter, on repousse un collaborateur violent contre une table qui lui brisera le cou, on se lance dans un gang irlandais qui espionne les italiens, puis on apprend l’italien en se lançant dans la contrebande d’un médicament alcoolisé. Il faut avoir le cœur bien accroché et l’audace chevillée au corps, même frêle comme celui de Stéphanie, pour se faire une place dans un ghetto noir pauvre et en proie à la violence sociale. Parce que progressivement, la Martiniquaise polyglotte qui se vit comme Française, devient rien moins que la Reine de Harlem, alias Queenie, en se lançant dans une loterie illégale, en faisant descendre ses adversaires, en intégrant les beaux quartiers noirs et en fréquentant le beau monde et les beaux esprits de la littérature et de la musique : W.E.B. Du Bois, Countee Cullen, Duke Ellington, Marcus Garvey, Fats Waller... Queenie connaît la Renaissance de Harlem, ce moment frénétique où les intellectuels noirs défendent la cause des leurs, parqués dans un quartier pauvre et dans leurs combats quotidiens contre la misère. Seule femme des milieux mafieux, elle participe elle aussi, à cette Renaissance, en donnant une visibilité à une forme d’activisme noir, même illégal, même totalement hors-la-loi.

Littérature : Madame Saint Clair, reine de Harlem

Raphaël Confiant rend hommage ici à une femme qui s’est affirmée dans un monde d’hommes et un monde de Blancs. Ce récit lui donne la parole, sous la forme d’une logorrhée adressée à son neveu de la Martinique, venu lui rendre visite. Son langage est truculent, ponctué de créole, d’anglais, d’italien, de gaélique, de yiddish, mais surtout d’un français savoureux et créatif, composé d’invention verbale ("prendre la discampette", "un bougre m’en-fous-ben") et d’insultes à tout va, à l’image de la violence qu’elle a dû affronter toute sa vie. On suit difficilement les méandres de la mémoire de Stéphanie de St-Clair, qui passe son temps entre prolepse et analepse, se répétant, passant sous silence certains épisodes - comme ses séjours en prison - pour finalement les détailler plus loin. Parfois, le narrateur prend le relais pour combler ses trous de mémoire. Au fil de la lecture, les lecteurs-trices impatient-e-s reconstituent le fil biographique d’une vie marquée par l’affirmation de soi en tant que femme, la violence raciste, l’illégalité mafieuse, au beau "mitan" (comme dirait Stéphanie) d’un siècle new-yorkais connaissant la fougue naissante des intellectuels et militants noirs, des soirées endiablées au rythme du lindy-hop, de la Prohibition et de ses malfrats italiens...

Raphaël Confiant restitue avec joie une époque, un langage et un nom de Reine qui a, un jour, illuminé tout Harlem.

Doriane Spruyt

"Madame St-Clair, reine de Harlem", Raphaël Confiant, Mercure de France, 2015

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Le banquier de Daech », Pascal Canfin
    « Le banquier de Daesh », un titre qui définit bien le contenu. Comment Daesh réussit-il à trouver des sources de financement ? Quel rôle joue la Russie de Poutine dans les liens étranges que des États... Lire la suite (20 septembre)
  • « Moins 18° », Stefan Ahnhem
    L’Europe du Nord n’en finit pas de faire découvrir de nouveaux auteurs de polars souvent à la limite du thriller sans la mécanique du genre qui fait désespérer de l’écriture. Stefan Ahnhem est le... Lire la suite (19 septembre)
  • « Le disparu de Larvik », Jorn Lier Horst
    William Wisting est le personnage récurrent de Jorn Lier Horst, un auteur de polar, norvégien, reconnu dans le monde entier. Wisting vieillit. Sa femme est morte et il essaie d’avoir une vie... Lire la suite (27 août)
  • « Le mystère de la chambre bleue »
    « Le mystère de la chambre bleue », qui n’a rien à voir avec la jaune, est une enquête de Louis Fronsac, un héros récurrent de Jean d’Aillon. Un notaire, fils de notaire qui exerce son métier de détective... Lire la suite (26 août)
  • « La proie », Deon Meyer
    Deon Meyer est chroniqueur de son pays à travers son personnage récurrent, Benny Griessel policier de la brigade des Hawks – faucons en français. Le bandeau jaune annonce « Le retour de Bennie... Lire la suite (26 août)