Actualité théâtrale

au Petit Montparnasse

"Madame de…Vilmorin" d’après les entretiens d’André Parinaud mise en scène Ch Dejoux

Les enregistrements radiophoniques d’André Parinaud avec Louise de Vilmorin datent de 1957.
Anne Le Goff et Coralie Seyrig, séduites par l’originalité, le charme et la drôlerie des propos de cette femme dont le mélange de candeur et de malice fait merveille, ont décidé de les adapter pour le théâtre.
Le spectacle a été créé au Théâtre des 13 vents CDN Languedoc-Roussillon Montpellier en octobre 2010.
C’est avec cocasserie et une grande intelligence que Louise Vilmorin parle de son enfance et de sa rencontre avec les hommes qui ont marqué chacun à sa façon, une étape de sa vie. Cocteau qui faisait le pitre avec une fausse langue rouge pour aller dire bonsoir aux enfants et qui racontait si bien la promenade champêtre qu’ils venaient de faire qu’à travers ses propos elle s’y révélait. Saint-Exupéry, un homme naïf, imprévisible et fidèle, André Malraux et Gaston Gallimard qui l’ont révélée à elle-même ou encore Duff Cooper.
Ses confidences sont interrompues à deux reprises par deux poèmes accompagnés au piano.
Louise Vilmorin est une incorrigible dépensière que "l’argent ruine" qui aurait tant aimé être fidèle et qui préfère de loin la poésie au roman, un genre mineur à qui elle doit pourtant sa célébrité.
Louise de Vilmorin qui ne fréquenta jamais aucune école, représente pourtant la quintessence de la culture française de son époque. Son enfance solitaire et rêveuse n’annonçait en rien l’existence tourmentée, superbe et un rien sulfureuse qui fut la sienne…

Coralie Seyrig dit, une heure et demi durant, le monologue et devient cette femme toute de contrastes. L’élégance et le raffinement voisinent avec une pointe de gouaille et une évidente insolence vis-à-vis des règles dictées par la grande bourgeoisie, qu’elle ne cessera de respecter et de bafouer mais avec tant d’élégance…
La mise en scène fluide, légère, aérienne de Christine Dejoux et le jeu de Coralie Seyrig s’accordent parfaitement.
Cette "Madame de…Vilmorin" est de très bonne compagnie. On rit beaucoup.
Francis Dubois

Petit Montparnasse
31 rue de la Gaîté
Paris XIVème
Renseignement et location au 01 43 22 77 74 - se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)