Actualité théâtrale

au Petit Montparnasse

"Madame de…Vilmorin" d’après les entretiens d’André Parinaud mise en scène Ch Dejoux

Les enregistrements radiophoniques d’André Parinaud avec Louise de Vilmorin datent de 1957.
Anne Le Goff et Coralie Seyrig, séduites par l’originalité, le charme et la drôlerie des propos de cette femme dont le mélange de candeur et de malice fait merveille, ont décidé de les adapter pour le théâtre.
Le spectacle a été créé au Théâtre des 13 vents CDN Languedoc-Roussillon Montpellier en octobre 2010.
C’est avec cocasserie et une grande intelligence que Louise Vilmorin parle de son enfance et de sa rencontre avec les hommes qui ont marqué chacun à sa façon, une étape de sa vie. Cocteau qui faisait le pitre avec une fausse langue rouge pour aller dire bonsoir aux enfants et qui racontait si bien la promenade champêtre qu’ils venaient de faire qu’à travers ses propos elle s’y révélait. Saint-Exupéry, un homme naïf, imprévisible et fidèle, André Malraux et Gaston Gallimard qui l’ont révélée à elle-même ou encore Duff Cooper.
Ses confidences sont interrompues à deux reprises par deux poèmes accompagnés au piano.
Louise Vilmorin est une incorrigible dépensière que "l’argent ruine" qui aurait tant aimé être fidèle et qui préfère de loin la poésie au roman, un genre mineur à qui elle doit pourtant sa célébrité.
Louise de Vilmorin qui ne fréquenta jamais aucune école, représente pourtant la quintessence de la culture française de son époque. Son enfance solitaire et rêveuse n’annonçait en rien l’existence tourmentée, superbe et un rien sulfureuse qui fut la sienne…

Coralie Seyrig dit, une heure et demi durant, le monologue et devient cette femme toute de contrastes. L’élégance et le raffinement voisinent avec une pointe de gouaille et une évidente insolence vis-à-vis des règles dictées par la grande bourgeoisie, qu’elle ne cessera de respecter et de bafouer mais avec tant d’élégance…
La mise en scène fluide, légère, aérienne de Christine Dejoux et le jeu de Coralie Seyrig s’accordent parfaitement.
Cette "Madame de…Vilmorin" est de très bonne compagnie. On rit beaucoup.
Francis Dubois

Petit Montparnasse
31 rue de la Gaîté
Paris XIVème
Renseignement et location au 01 43 22 77 74 - se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)