Actualité théâtrale

au Petit Montparnasse

"Madame de…Vilmorin" d’après les entretiens d’André Parinaud mise en scène Ch Dejoux

Les enregistrements radiophoniques d’André Parinaud avec Louise de Vilmorin datent de 1957.
Anne Le Goff et Coralie Seyrig, séduites par l’originalité, le charme et la drôlerie des propos de cette femme dont le mélange de candeur et de malice fait merveille, ont décidé de les adapter pour le théâtre.
Le spectacle a été créé au Théâtre des 13 vents CDN Languedoc-Roussillon Montpellier en octobre 2010.
C’est avec cocasserie et une grande intelligence que Louise Vilmorin parle de son enfance et de sa rencontre avec les hommes qui ont marqué chacun à sa façon, une étape de sa vie. Cocteau qui faisait le pitre avec une fausse langue rouge pour aller dire bonsoir aux enfants et qui racontait si bien la promenade champêtre qu’ils venaient de faire qu’à travers ses propos elle s’y révélait. Saint-Exupéry, un homme naïf, imprévisible et fidèle, André Malraux et Gaston Gallimard qui l’ont révélée à elle-même ou encore Duff Cooper.
Ses confidences sont interrompues à deux reprises par deux poèmes accompagnés au piano.
Louise Vilmorin est une incorrigible dépensière que "l’argent ruine" qui aurait tant aimé être fidèle et qui préfère de loin la poésie au roman, un genre mineur à qui elle doit pourtant sa célébrité.
Louise de Vilmorin qui ne fréquenta jamais aucune école, représente pourtant la quintessence de la culture française de son époque. Son enfance solitaire et rêveuse n’annonçait en rien l’existence tourmentée, superbe et un rien sulfureuse qui fut la sienne…

Coralie Seyrig dit, une heure et demi durant, le monologue et devient cette femme toute de contrastes. L’élégance et le raffinement voisinent avec une pointe de gouaille et une évidente insolence vis-à-vis des règles dictées par la grande bourgeoisie, qu’elle ne cessera de respecter et de bafouer mais avec tant d’élégance…
La mise en scène fluide, légère, aérienne de Christine Dejoux et le jeu de Coralie Seyrig s’accordent parfaitement.
Cette "Madame de…Vilmorin" est de très bonne compagnie. On rit beaucoup.
Francis Dubois

Petit Montparnasse
31 rue de la Gaîté
Paris XIVème
Renseignement et location au 01 43 22 77 74 - se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)