Actualité théâtrale

Jusqu’au 4 novembre au Théâtre du Lucernaire

« Mademoiselle Molière »

C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer sa nouvelle pièce Les Fâcheux aux fêtes données par Fouquet en l’honneur du Roi. Il est fils de bourgeois, elle a toujours été une comédienne lancée sur les routes mais cela fait désormais vingt ans qu’ils s’aiment et travaillent ensemble, soudés par une passion commune, le théâtre. Elle l’a toujours soutenu, même lors de ses débuts difficiles, elle l’encourage quand il doute, partage son mépris des courtisans et sait calmer ses colères. Mais brusquement elle sent qu’il s’éloigne et il lui annonce qu’il la quitte. Elle n’y croit pas, il a déjà eu des aventures. Elle vieillit mais elle est encore belle et suscite le désir quand elle est sur scène. Mais là il lui inflige la pire des souffrances. Il la quitte pour épouser une plus jeune, une plus belle, qui ressemble à ce qu’elle fut, sa fille Armande.
Théâtre : Mademoiselle Molière
Madeleine aura beau lui dépeindre les moqueries que suscitera cette union d’un vieux barbon (il a 40 ans) et d’une jeune fille de vingt ans, sa belle-fille qui plus est, lui prédire que cette jeune coquette le trompera, rien n’y fait. Molière a encore beaucoup de tendresse pour Madeleine mais sa décision est prise, il est déjà en train d’écrire un rôle pour Armande. Elle sera l’Agnès de « L’école des femmes », justement une jeune fille mariée à un vieux barbon.

La mise en scène d’Arnaud Denis nous place dans les coulisses. Madeleine et Molière y vivent, s’aiment et parlent de théâtre. Les costumes et les éléments de décor sont ceux du XVIIème siècle. Quand ils sont sur scène, c’est leur dos que l’on voit avec en face d’eux les lumières de la salle et on les entend dans trois courts extraits de pièces de Molière, ce qui permet de briser un peu l’intimité du couple. On ne verra jamais Armande, c’est ce couple que l’on écoute.

Anne Bouvier campe de façon admirable Madeleine. Elle est séduisante, sensuelle, ironique, tendre, pleine de fantaisie, toujours pleine de désir pour ce Molière qu’elle a tant soutenu avec toute son énergie et son intelligence. Puis elle devient cette femme qui se révolte contre l’âge qui l’emporte insidieusement sur la comédienne et la femme qu’elle fut, et surtout contre l’homme qui lui inflige la pire des trahisons. Elle attire la lumière. On craint pour son partenaire et pourtant il existe.

Christophe de Mareuil est Molière. Ses colères, ses inquiétudes sur la réception de ses pièces, sur sa renommée dépendante des caprices du Prince laissent place à plus d’insouciance le succès venu, et il ne pense plus qu’à Armande. Puis on voit sur le visage de l’acteur cette insouciance se teinter d’inquiétude et même de remords.

Ensemble ils nous offrent un moment où le théâtre et l’amour s’emmêlent, où l’histoire intime rejoint la grande Histoire et où les époques se rejoignent dans le bonheur et le malheur d’aimer.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi 20h, le dimanche à 17h
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS
Réduc’SNES sur réservation : 01 45 44 57 34 Théâtre : Mademoiselle Molière

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)