Actualité théâtrale

Jusqu’au 17 février au Centquatre, en tournée ensuite

« Magnetic »

On l’avait quitté cet été au festival Teatro a Corte à Turin où il avait imaginé une promenade jonglée au Château de la Venaria Reale qui se terminait par un très subtil et léger jonglage avec un sac de plastique transparent de supermarché ! On retrouve à Paris le prince du jonglage dans une mise en scène spectaculaire, où il revisite la première partie de Hic hoc, son spectacle mythique de 1995. Les quatre jongleurs ont été remplacés par quatre jongleuses, qui sont aussi danseuses. Fidèle à son ambition de créer pour le spectateur une expérience multi-sensorielle en intégrant danse, musique et jonglage, Jérôme Thomas a fait appel à un musicien contemporain, Wilfried Wendling qui a composé une partition spécialement pour le spectacle.

Théâtre : Magnetic

Magnétic se développe en trois temps. La première partie joue de la lumière pour faire apparaître ou disparaître le visage et les corps des quatre jongleuses. Les balles roulent le long des nuques et des épaules semblant prête à vivre leur propre vie, flottant dans l’espace. Des tiges souples de kevlar glissent sur les cous et tournent sans fin. Dans les mains des jongleuses elles deviennent bouquets dans la lumière et se transforment en serpents lumineux dans le noir. Dans la seconde partie les jongleuses s’emparent de longs élastiques pour nous emporter sur une musique puissante dans un monde abstrait. La vitesse avec laquelle elles font tourner les élastiques créent des figures géométriques mouvantes. Lorsque la musique s’arrête brusquement ne reste que le sifflement étourdissant des élastiques abandonnés. Dans la dernière partie ce sont des plaques de polystyrène qu’elles font basculer, rouler, s’aligner comme à la parade et enfin entrer dans une danse où les artistes et les fines plaques blanches semblent s’unir pour s’envoler.

Grâce à un savant travail sur la lumière, à la vitesse avec laquelle les jongleuses manient leurs balles, baguettes, élastiques et plaques et à la musique puissante, mystérieuse parfois, on entre dans un univers empreint de magie et de poésie. Il y a un côté hypnotique auquel nul ne peut rester insensible et c’est un nouveau spectacle enchanteur que nous offre Jérôme Thomas.

Micheline Rousselet

Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20h30, jeudi à 19h30

Le Centquatre, 5 rue Curial, 75019 Paris

Réservations 01 53 35 50 00 Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)