Actualité théâtrale

Jusqu’au 17 février au Centquatre, en tournée ensuite

« Magnetic »

On l’avait quitté cet été au festival Teatro a Corte à Turin où il avait imaginé une promenade jonglée au Château de la Venaria Reale qui se terminait par un très subtil et léger jonglage avec un sac de plastique transparent de supermarché ! On retrouve à Paris le prince du jonglage dans une mise en scène spectaculaire, où il revisite la première partie de Hic hoc, son spectacle mythique de 1995. Les quatre jongleurs ont été remplacés par quatre jongleuses, qui sont aussi danseuses. Fidèle à son ambition de créer pour le spectateur une expérience multi-sensorielle en intégrant danse, musique et jonglage, Jérôme Thomas a fait appel à un musicien contemporain, Wilfried Wendling qui a composé une partition spécialement pour le spectacle.

Théâtre : Magnetic

Magnétic se développe en trois temps. La première partie joue de la lumière pour faire apparaître ou disparaître le visage et les corps des quatre jongleuses. Les balles roulent le long des nuques et des épaules semblant prête à vivre leur propre vie, flottant dans l’espace. Des tiges souples de kevlar glissent sur les cous et tournent sans fin. Dans les mains des jongleuses elles deviennent bouquets dans la lumière et se transforment en serpents lumineux dans le noir. Dans la seconde partie les jongleuses s’emparent de longs élastiques pour nous emporter sur une musique puissante dans un monde abstrait. La vitesse avec laquelle elles font tourner les élastiques créent des figures géométriques mouvantes. Lorsque la musique s’arrête brusquement ne reste que le sifflement étourdissant des élastiques abandonnés. Dans la dernière partie ce sont des plaques de polystyrène qu’elles font basculer, rouler, s’aligner comme à la parade et enfin entrer dans une danse où les artistes et les fines plaques blanches semblent s’unir pour s’envoler.

Grâce à un savant travail sur la lumière, à la vitesse avec laquelle les jongleuses manient leurs balles, baguettes, élastiques et plaques et à la musique puissante, mystérieuse parfois, on entre dans un univers empreint de magie et de poésie. Il y a un côté hypnotique auquel nul ne peut rester insensible et c’est un nouveau spectacle enchanteur que nous offre Jérôme Thomas.

Micheline Rousselet

Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20h30, jeudi à 19h30

Le Centquatre, 5 rue Curial, 75019 Paris

Réservations 01 53 35 50 00 Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)