Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Rakhshan Bani-Etemad et Mohsen Abdolvahad (Iran)

"Mainline" Sortie en salles le 20 avril 2011

Sara, jeune iranienne de vingt ans vit avec sa mère dans le centre de Téhéran. Elle est fiancée et doit épouser prochainement un étudiant qui termine ses études à Toronto.
Mais Sara se drogue, sans doute depuis l’adolescence. Avec l’approche de la date du mariage, elle est mise au pied du mur et ne dispose plus que de quelques semaines pour se soigner et pour que son futur époux ignore tout de sa dépendance.

Pour cela, sa mère décide de la conduire dans une clinique des bords de la mer Caspienne, loin des tentations de Téhéran.
"Mainline" qui est, de bout en bout, une fiction poignante (peut-être un peu trop),montre tout l’intérêt que le duo de cinéastes porte autant au cinéma du réel qu’à celui du documentaire.
Les filmographies de Moshen Abolvahab et celle de Rakhshan Bani-Etemad comportent pour chacun d’eux une douzaine de films documentaires dans lesquels ils font à chaque fois, une étude poussée et souvent complémentaire du développement de la société iranienne. Les sujets abordés donnent généralement l’essence du contenu de leurs prochaines fictions.
Dans ce film qu’ils ont réalisé en commun, ils abordent le problème de la consommation d’héroïne et de la dépendance qui touche, en véritable fléau, toutes les couches sociales de la jeunesse iranienne La bourgeoisie iranienne voit sa jeunesse, qui supporte mal l’isolement culturel où on la met, se réfugier dans les paradis artificiels pour y trouver un plaisir immédiat et une échappatoire.
En choisissant de conduire leur film autour des seuls personnages de la mère et de la fille, ils prenaient le risque de se trouver face à plusieurs écueils qu’ils n’évitent pas toujours. Les deux personnages occupent pratiquement tout le temps l’écran pour mieux faire apparaître le désarroi où plonge l’usage de la drogue. Celui de la jeune droguée prise comme entre les mâchoires d’un étau entre la soumission et le désir de s’en sortir et celui de la mère, témoin impuissant de la déchéance de sa fille.
Le gros plan, souvent utilisé, augmente l’impression de malaise et d’enfermement et c’est peut-être par excès de démonstration que leur film pêche. Les souffrances de la jeune femme sont exposées de la façon la plus crue et l’attitude de la mère est pathétique quand, souhaitant le bien être de sa fille, elle se plie à ses volontés immédiates, même si elles sont en contradiction avec le but qu’elle s’est fixé de la tirer d’affaire.
"Mainline" est un film d’une violence souterraine extrême. N’apparaît à l’image que la partie "visible de l’iceberg" mais tous les éléments nous sont donnés pour accéder aux désarrois intérieurs de cette double dérive.
Le film n’apporterait rien de neuf sur le sujet de la dépendance à la drogue si la forme adoptée, les gros plans et l’intime proximité des deux protagonistes, ne lui donnaient une force bouleversante et n’en faisait, en dépit des poncifs, une œuvre singulière et efficace.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)