Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Bernard Richard et Jean-Baptiste Malet (France)

"Mains brunes sur la ville" Sortie en salles le 21 mars 2012

A Orange et à Bollène, Jacques et Marie-Claude Bompard, élus depuis de nombreuses années maires et conseillers généraux, bien que n’appartenant plus au Front National mais à la Ligue du Sud, appliquent dans leurs villes, une politique d’extrême droite.
Quelle stratégie pour pouvoir mettre en pratique un programme socialement dévastateur sans rencontrer d’obstacles ? Quelle est leur politique et pour quel modèle de société ? Quelle idéologie ? Quelle technique de communication ?
Pour répondre à ces questions Bernard Richard et Jean-Baptiste Malet ont enquêté pendant plusieurs mois à Orange et Bollène.
La priorité de ces deux élus et de leurs équipes est la sécurité. Pour cela le centre-ville est complètement coupé des quartiers de la périphérie.
La police municipale, très présente, veille sans cesse à décourager les habitants de la banlieue de venir dans une ville réservée exclusivement à une population franco-française qu’on flatte et qu’on prend dans le sens du poil.
Les contrôles d’identité sont systématiques ainsi que les brimades, voire les insultes racistes à l’encontre de ceux qui se hasardent dans les quartiers protégés.
Dès le début de la saison touristique, les transports en communs qui font le relai entre la banlieue et le centre-ville sont supprimés afin de donner de ces deux villes, privées de la présence d’étrangers, l’image d’une cité exemplaire où règne la sécurité.

Mais les municipalités ne se sont pas contentées de créer une frontière entre la ville et ses quartiers périphériques, elles ont aussi lentement détruit le tissu associatif de la ville, le réseau culturel. Petit à petit, le Centre social a disparu et ont disparu les associations qui proposaient des cours d’alphabétisation, de l’aide au devoir pour les jeunes. Toute structure qui pouvait favoriser une mixité sociale a disparu, ainsi que les clubs sportifs que fréquentaient les jeunes. Les bibliothèques sont passées au peigne fin et les œuvres qui occupent les rayonnages passent par une censure draconienne.
L’habitat de la périphérie, laissé à l’abandon par les municipalités s’est dégradé au point que certains quartiers ne sont plus habitables et que leurs habitants sont obligés de partir.
Les habitants du Centre-ville, paisibles retraités, notables craignant que "l’envahisseur" ne les dépossède des leurs biens, nostalgiques de la colonisation ou représentants de cette classe moyenne à qui les garanties de sécurité ont fait perdre toute conscience politique, apprécient cette gestion sociale.
A Orange et à Bollène, le militantisme d’opposition est mis à mal. Le réseau industriel qui se trouve réduit à de petites structures a fait disparaître le syndicalisme.
Et lorsqu’on construit une mosquée pour la population musulmane qu’il est parfois de bon ton de ménager, on choisit de le faire le plus loin possible de la ville et sur un terrain inondable !
La dérive fascisante qui se produit à Orange et Bollène, et qui se banalise, bénéficie du silence médiatique, de l’aveuglement complice de certains politiques et de certaines institutions et de l’isolement de plus en plus grand de ceux qui tentent de résister.
"Le Moyen âge est une époque qui est porteuse de valeurs très appréciées de nos concitoyens"
affirme Marie-Claude Bompard organisatrice de fêtes médiévales très appréciées de la population…
Francis Dubois

Séances et débats à Paris :
http://www.cinemalaclef.fr/films/573-mains-brunes-sur-la-ville

Bande annonce, autres séances en France :
<<http://www.lamare.org/mainsbrunes>>

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)
  • « Mariana »
    Mariana, la quarantaine passée, issue de la haute bourgeoisie chilienne, a d’abord cédé aux influences de son père et plus tard à celles de son mari. Elle se réveille de sa soumission dès lors qu’elle... Lire la suite (11 décembre)