Actualité théâtrale

saison 2011-2012

Maison de la Poésie de Paris Partenaire Réduc’snes

"L’ombrelle du trépassé" Un spectacle de Jean Lambert-Wild et Yann-Fanch Kennener. Texte et direction Jean Lambert-Wild sous la direction de Benoît Gondouin.

Un homme se trouve les chevilles enlisées dans une colonne de lave sèche, perçant du dedans la surface du monde. Mais il n’est pas prisonnier. L’axe qui descend de sa fontanelle, le long de ses vertèbres se poursuit au cœur de la pierre. Cet homme, c’est le chanteur et ethnomusicologue breton Yann-Fanch Kennener…

Du 5 au 30 octobre 2011

" Sainte dans l’incendie” de Laurent Frechuret avec Laurence Vielle.

« Poème dramatique pour jeux, voix et corps humains, "Sainte dans l’incendie" est une fantaisie héroïque, une suite de variations sur une petite paysanne de légende, brûlée par la vie, traversée par des voix oubliées, échafaudant une autre Histoire de France… »

Créé en 2010 à La Maison de le Poésie "Sainte dans l’incendie” repose magnifiquement sur le jeu de Laurence Vielle.

Du 13 octobre au 6 novembre 2011

"Urgent crier ! Caubere joue Benedetto” Textes d’ André Benedetto par Philippe Caubere

En 1963, André Benedetto, ancien instituteur, s’installe dans une salle paroissiale avignonnaise qui deviendra le Théâtre des Carmes. Ce proche de Félix Castan, Bernard Lubat et Bernard Manciet créera sa propre vision de la décentralisation culturelle.

Avec ce spectacle, Philippe Caubere lui rend un bel et bien mérité hommage.

Du 4 novembre au 31 décembre 2011

"Les géants II” avec Adonis, Juan Gelman et François Cheng, trois poètes étrangers vivant à Paris.

Adonis est le pseudonyme d’Ali Ahmed Saïd Esber, poète et critique littéraire Syro-Libannais. François Cheng est poète, traducteur et romancier et Juan Gelman, poète précoce a vu son œuvre couronnée par de nombreux prix littéraires internationaux.

Du 12 au 15 janvier 2012

" Des ruines” de Jean-Luc Raharianana, mise en scène Thierry Bedard

10 petits textes de théâtre de cet auteur né en 1967 à Tananarive constituent la première vraie évocation de la révolte malgache. Une langue chargée de rage, de révolte et de douleur.

Du 18 janvier au 12 février 2012

Les 22, 29 janvier, les 5 et 12 février : Concert-Performance “  Excuses et dires linéaires de Za” de Jean-Luc Raharimanana, mise en scène Thierry Bédard

"Ida ou le délire” Texte de Hélène Bessette, travail sur l’espace et le corps de Marceline Lartigue.

Ida est morte. Qui donc était Ida. Et puisqu’elle est morte, c’est donc qu’elle a vécu. Ce qui longtemps a échappé à beaucoup de monde.

Du 25 janvier au 19 février 2012

" Laissez-nous juste le temps de vous détruire” Texte d’Emmanuelle Pireyre, mise en scène de Myriam Marzouki

L’écriture s’attache à dénoncer et à défaire les pensées toutes faites, le fruit d’une angoissante mécanique et à proposer d’autres approches, un lien entre les problèmes typiquement contemporains et les problématiques universelles

Du 7 au 27 mars 2012

" Il avait soif du bonheur du couteau” Texte de Friedrich Nietzsche, mise en scène de Laurence Mayor.

Le spectacle ne propose pas une réflexion philosophique mais de faire passer un souffle, de permettre au spectateur de découvrir le pouvoir de cette langue, d’accéder à d’autres territoires, de se découvrir danseur, théâtre lui-même, acteur de pensées…

Du 8 mars au 1er avril 2012

" UrSonata –Cathédrale de misère” d’après l’œuvre de Kurt Schwitters, conception et mise en scène de Roland Auzet.

Il s’agit d’un poème sonore composé entre 1922 et 1932, écrit avec une grande liberté par Kurt Schwitters dont l’œuvre a exercé une forte influence sur les néo-dada et les performers de poésie phonétique.

Du 29 au 31 mars 2012

" Quatre vingt treize” de Victor Hugo adaptation et mise en scène Godefroy Ségal

Le pied d’Armstrong est un pas de fainéant comparé à la Révolution française qui a fait chuter 1200 années d’histoire. Hugo ne fait pas appel au devoir de mémoire, de repentance, d’épanchement, mais au devoir d’Histoire.

Du 7 au 13 avril et du 2 au 20 mai 2012

"Les onze mille verges” de Guillaume Apollinaire, adaptation et mise en scène de Godefroy Ségal.

Apollinaire publie ce texte à 27 ans chez un imprimeur d’ouvrages clandestins. Le livre fut interdit en France jusqu’en 1970.

C’est justice de montrer sur un plateau de théâtre un grand texte d’une écriture totalement libérée.

Du 14 au 22 avril et du 23 mai au 3 juin 2012

Contre les bêtes” de et par Jacques Rebotier. Un texte sur la disparition du monde animal. Sommes-nous en train de faire disparaître de la surface de la terre 4 millions 800 000 autres espèces qui nous encombrent !

Du 2 au 27 mai 2012

 

La Maison de la Poésie propose aussi des rendez-vous mensuels :

La République des poètes

Les figures d’humanité

Les entretiens de poésie

 

Une journée consacrée à Julio Cortazar le 31 mars 2012

 

Et en juin 2012 : Une journée avec le poète Serge Pey, un hommage à Armand Robin, poète et traducteur, une soirée avec Christophe Manon défenseur du lyrisme de masse, une représentation de " Penthésilée” de Heinrich von Kleist, une visite de Bernard Lubat, l’amusicien…

 

Maison de la Poésie

Passage Molière 157 rue Saint-Martin 75 003 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 00

www.maisondelapoesieparis.com

 

 
 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La guerre des salamandres »
    C’est en 1935 que Karel Čapek, auteur tchèque à qui l’on attribue généralement l’invention du mot « robot », écrivait cette fable entre dénonciation et dystopie. Un vieux marin découvre dans les îles de la... Lire la suite (20 octobre)
  • « La machine de Turing »
    Le destin d’Alan Turing a tout pour émouvoir. Génial mathématicien, il réussit dès 1942 à casser le code secret Enigma, utilisé durant la guerre par l’Allemagne nazie pour ses transmissions. Il permet... Lire la suite (19 octobre)
  • « Le banquet »
    Après s’être attachée à mettre en scène le monde des bureaux dans Open space en 2014, la comédienne, danseuse, auteure et metteuse en scène Mathilda May s’attaque, au sens propre du terme, au banquet... Lire la suite (16 octobre)
  • « La nostalgie du futur »
    Un jour quelque chose a bouleversé Catherine Marnas, directrice du TnBA, le télescopage d’un documentaire vu à la télévision, montrant la richesse obscène et vulgaire des dirigeants d’une société... Lire la suite (15 octobre)
  • « De la démocratie »
    En 1835, dans De la démocratie en Amérique , un aristocrate normand livre un portrait sans complaisance de ce système politique qu’il a observé lors de son voyage en Amérique. Il admire cette... Lire la suite (14 octobre)