Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Nicole Garcia (France)

"Mal de pierres" Sortie en salles le 19 octobre 2016.

Gabrielle a grandi dans le milieu rigide de la petite bourgeoisie agricole attachée à des valeurs archaïques.

C’est une jeune fille singulière dont le rêve de vivre une passion absolue fait scandale.

A une époque où on destine les jeunes filles au mariage, le comportement de Gabrielle dérange.

On la prend pour folle et ses parents la donnent à un brave garçon, ouvrier agricole espagnol, pour qui elle n’éprouve ni sentiment amoureux ni attirance.

Atteinte du "mal de pierres", une affection rénale qui risque de l’empêcher de voir aboutir une grossesse, elle part pour plusieurs semaines dans un centre de cure pour y suivre un traitement réparateur.

C’est là qu’elle rencontre André Sauvage, un jeune lieutenant très affaibli par une maladie contractée pendant la guerre d’Indochine.

Cinéma : mal de pierres

Le film de Nicole Garcia est l’adaptation du roman éponyme de Miléna Agus et la réalisatrice qui a pris certaines libertés nécessaires avec l’œuvre littéraire, a réalisé à partir d’un destin de femme qu’on suit sur dix-sept années, une mélodrame flamboyant porté par une Marion Cotillard magistrale, un Louis Garel ténébreux et un Alex Brendemühl émouvant.

Chez Gabrielle, il y a depuis toujours une forte aspiration charnelle qu’elle appelle "la chose principale", une échappée du désir et de l’amour.

Cette attirance exclusive est d’abord contredite par celui qu’elle voudrait étreindre, l’instituteur du village, avant d’être condamnée par sa famille et par la morale cadenassée de la société rurale des années 50.

Après un mariage sans amour qu’elle n’a jamais accepté mais auquel elle s’est résignée, elle poursuit sa quête passionnelle qui la fait passer pour folle alors que sa seule folie est de ne jamais renoncer à son rêve de passion totale.

Lorsqu’elle rencontre enfin le grand amour en la personne d’André Sauvage, le jeune officier curiste dans le même établissement de soins qu’elle, cet amour sera sacrifié par la maladie d’un homme résigné à mourir, terriblement marqué par des années de guerre.

Le personnage de Gabrielle est au carrefour d’un monde agricole rigide et archaïque et d’une époque marquée par les premiers signes de l’émancipation de la femme, une aspiration à plus de liberté.

Si dans sa première demi-heure, le film de Nicole Garcia est narrativement un peu confus, il gagne au fur et à mesure de son déroulement une limpidité, une luminosité, une force dramatique qui laissent, au moment des dernières images sur l’impression positive d’avoir assisté à une œuvre flamboyante obéissant aux règles parfaitement maitrisées du mélodrame et dressant une peinture réaliste de la société des années cinquante prise dans le carcan d’une morale aveugle.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)