Les LV aux congrès

Mandats LV votés au congrès du SNES 2018 (Rennes)

Thème 1
Fiche 2 La réforme du collège « assouplie » fait système avec celles du lycée

2.3.
Dans de nombreux établissements, dispositifs bilangues, sections européennes et LCA ont été abandonnés ou réduits.
Parce que ces enseignements favorisent la mixité sociale et scolaire dans les établissements, qu’ils concourent à la construction d’une culture commune, à l’émancipation, et peuvent ainsi permettre de remédier à certaines difficultés scolaires, le SNES-FSU demande leur financement propre, fléché, ainsi que leur généralisation.
L’enseignement des LVER, à l’instar de celui des LCA, a été mis à mal au fur et à mesure des différentes réformes. Plutôt que d’opérer des choix relevant de la « gestion de la pénurie », la diversification de l’enseignement des LVER nécessite une politique volontariste. Préalablement, un diagnostic partagé sur l’état de l’enseignement des langues en France est plus que jamais nécessaire. Les Langues Régionales, vecteurs culturels et historiques d’une grande importance pour les jeunes, sont une richesse et sont complémentaires à l’apprentissage et à l’utilisation du français.

Thème 1
Fiche 3 De la classe de Seconde à l’enseignement supérieur

Chaque série doit être identifiée par une spécialisation disciplinaire afin de redonner au baccalauréat du sens et de la lisibilité dans la perspective de la poursuite d’études.
Des enseignements au choix, proposés dans toutes les séries, pourraient constituer le lien de cette nouvelle organisation afin de permettre d’élargir le champ d’une culture commune à tous et d’ouvrir les possibilités d’orientation post-bac (par exemple, séries de la voie technologique et options arts ou langues, séries de la voie générales avec options technologiques). Garantir ainsi le choix de deux enseignements supplémentaires serait un gage d’une offre large et diversifiée de formation dans tous les lycées.

Thème 1
Fiche 6 Contenus, programmes, pratiques

Les certifications en langues vivantes délivrées par des organismes extérieurs à l’Education nationale sont une forme d’externalisation de l’évaluation. En aucun cas elles ne doivent s’y substituer. Le SNES-FSU s’oppose à l’utilisation massive d’argent public pour ces certifications. Leur organisation ne doit plus donner lieu à des pressions sur les enseignants pour les faire passer, alors même que leur passation n’a aucun caractère obligatoire et que le travail supplémentaire qu’elles représentent n’est pas rémunéré. Le SNES-FSU demande l’abandon des certifications et propose leur remplacement par une mention reconnue internationalement, adossée à un diplôme national (Perpignan 2009).

Thème 2
Introduction

Les tentatives de faire de l’évaluation des personnels un outil de ce management ont pu être en partie contrées et limitées du fait de la réforme de l’évaluation des personnels liée au PPCR, mais elles relèvent de la même politique et la lutte collective reste nécessaire. Très souvent les collectivités territoriales, indépendamment de leur couleur politique, se joignent à ce concert et, par le biais des financements, cherchent à intervenir toujours plus dans la pédagogie et l’orientation des élèves (contrats d’objectifs, carte des formations, carte des langues, formation ouverte à distance, outils numériques imposés...), ce à quoi le
SNES-FSU s’oppose.

Autres articles de la rubrique Les LV aux congrès