Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Dustin Guy Defa (USA)

« Manhattan stories » Sortie en salles le 16 mai 2018.

Au cours d’une même journée à Manhattan, les déboires de cinq personnes. Cinq histoires individuelles qui ne se chevauchent jamais.

Benny, grand amateur de vinyles collectors doit récupérer un exemplaire rare d’un enregistrement de Charlie Parker. Mais il doit, dans le même temps, assister Ray son colocataire qui ne se pardonne pas d’avoir, par mesure de vengeance, mis en ligne des photos de sa copine posant dans le plus simple appareil.

Pour Claire, chroniqueuse judiciaire débutante, c’est la première journée sur le terrain aux côtés de Phil dont les méthodes sont parfois douteuses pour obtenir un scoop.

L’enquête qu’ils suivent va les conduire jusqu’à Jimmy, un horloger qui pourrait bien détenir sans le savoir, les preuves d’un meurtre.

Wendy est une très jeune étudiante déjà revenue de tout. Elle tente de convaincre sa meilleure amie qu’idéaux féministes et désirs sexuels ne sont pas incompatibles.

Cinéma : Manhattan stories

On est ici dans le film choral classique à la différence près que les protagonistes vivent des histoires séparées et que les récits ne se croisent jamais.

C’est à la fois une qualité car le film échappe ainsi à un genre qui a fait fureur pendant une décennie ; mais on ne peut s’empêcher de se questionner sur le lien qui pourrait relier ces histoires, ces personnages.

Dustin Guy Defa, en tant que réalisateur de courts métrages, avait écrit des histoires distinctes qu’il a l’idée de rassembler pour en faire un long métrage.

Et, plutôt que de les faire se connecter entre elles,il allait au contraire réaliser des petits films indépendants aux atmosphères contrastées, avec des personnages aux antipodes les uns des autres.

Les seuls points communs qu’on pourrait trouver entre ces courtes histoires est qu’elles partagent le ton particulier de la comédie new-yorkaise et que les récits sont soumis à une unité de temps, une journée new-yorkaise au cours de laquelle les protagonistes sont à la recherche d’une même chose.

Le film atteint son but de rendre indépendante chacune des histoires dans la mesure où très vite, puisqu’elles reposent sur des univers contrastés, on abandonne l’idée selon laquelle les personnages pourraient se rencontrer, les cheminements pourraient se croiser.

A un récit intimiste succède une enquête policière et une histoire d’escroquerie qui donne lieu à des séquences de poursuite complètement inédites puisque les poursuites se se font pas en voitures mais à vélo.

Et c’est dans la dernière partie de «  Manhattan stories » que les jeux de contrastes, ajoutés les uns aux autres, finissent pas former une harmonie.

Un film léger qui ne dépasse pas les limites du divertissement.

Mais le temps qui passe, la solitude ou la construction et les tourments de l’amitié sont des thèmes intemporels que le film de Dustin Guy Defa aborde à sa façon, sans avoir trop l’air d’y toucher.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)