Actualité théâtrale

Théâtre La Bruyère à partir du 13 septembre 2017

« Marco Polo et l’hirondelle du Khan » Écrit et mis en scène par Eric Bouvron.

Le grand souverain mongol Kublai Khan, petit fils de Ghengis Khan, conquérant fou, meurtrier et amateur de belles femmes accueille dans son Palais un jeun étranger fougueux, ambitieux, assoiffé d’aventure venu de Venise.

Il voit en lui le partenaire nécessaire à ses prochaines conquêtes.

Marco Polo qui vient d’effectuer un long périple est impressionné par le luxe du Palais de Khan et la puissance de son hôte.

Mais il est surtout subjugué par la beauté d’une jeune femme qui s’avère être la quatrième et la plus précieuse femme du redoutable empereur.

Théâtre : Marco Polo

Après une adaptation très réussie de s« Cavaliers » de Joseph Kessel, Eric Bouvron aborde de nouveau le monde oriental et mystérieux des Steppes.

Son admiration pour le personnage de Marco Polo l’a conduit à « rencontrer » celui de Kublai Khan qui a posé la première pierre pour la construction de la Chine telle qu’on la connaît aujourd’hui.

On sait peu de choses sur la vie intime de Marco Polo et de Kublai Khan. On sait seulement que ces deux personnages d’exception sont restés côte à côte pendant seize ans.

Le texte d’Eric Bouvron raconte le moment de la première rencontre entre les deux hommes qui, bien qu’appartenant à des générations, des cultures, des coutumes et des croyances différentes, se sont immédiatement reconnus comme des « complices ».

Trois comédiens sont les interprètes de Marco Polo, Khan et la femme de Khan. Ils sont assistés de quatre musiciens/chanteurs/compositeurs qui, qu’ils se tiennent en retrait ou qu’ils occupent le devant de la scène, qu’ils soient silencieux ou actifs, interviennent dans le déroulement du récit comme les coryphées des tragédies grecques.

Eric Bouvron possède un don pour une écriture singulière et passionnante , aussi originale dans l’intime que dans l’épopée.

Il a parfaitement mesuré les limites d’un plateau de théâtre et dans un décor dénudé, sur une petite scène en pente située au centre de l’espace qui crée deux niveaux, il fait vivre à ses personnages autant la passion amoureuse que les oppositions d’un combat.

« Marco Polo et l’hirondelle du Khan » est un divertissement original, passionnant, écrit à mi-chemin entre l’épopée, l’ampleur des personnages et une intimité en sourdine, entre le dépassement des situations et la simple souffrance humaine.

Le scénographie toute simple est très belle et les comédiens, les chanteurs, danseurs et compositeur remarquables.

On cherche parfois midi à quatorze heure pour choisir un spectacle de théâtre. En voilà là un tout indiqué pour passer un bien agréable moment.

Francis Dubois

Théâtre La Bruyère 5 rue La Bruyère 75 009 Paris

Réservation : 01 48 74 76 99 / www.theatrelabruyere.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)